1. Lycée
  2. Verbes en -indre et en -oudre : déjouez leurs pièges !
Boîte à outils

Verbes en -indre et en -oudre : déjouez leurs pièges !

Envoyer cet article à un ami
Il n'est pas toujours évident de conjuguer les  verbes en -indre et en -oudre. // © Adobe Stock/nicoletaionescu
Il n'est pas toujours évident de conjuguer les verbes en -indre et en -oudre. // © Adobe Stock/nicoletaionescu

On pourrait croire qu’au présent de l’indicatif, le premier temps que l’on apprend, les verbes sont faciles à conjuguer. C’est compter sans les verbes en -indre et en -oudre qui jouent les trouble-fête. Notre règle en tête, vous allez pouvoir les remettre à leur place !

Les verbes en -oudre : deux cas à distinguer

Quand ils sont terminés simplement par -oudre, pas de problème : ils gardent leur "d" aux trois personnes du singulier : je couds (verbe coudre), il moud (verbe moudre), etc.

Attention, les choses se corsent quand le verbe est terminé par -soudre. Eh oui, un petit "s" de plus suffit à changer la règle ! Heureusement, cela ne concerne que trois verbes : absoudre, dissoudre, résoudre. Ils perdent leur "d" à la première et à la deuxième personne du singulier du présent de l’indicatif : j’absous, je dissous, je résous – tu absous, tu dissous, tu résous.

Mais ce n’est pas tout ! À la troisième personne du singulier, le "d" de l’infinitif se transforme en "t" : il absout, il dissout, il résout.

Lire aussi : Pourquoi écrit-on "dilemme" mais "indemne"?

Les verbes en -indre : ils suivent la même règle !

Pour être précis, il s’agit des verbes en -aindre, -eindre et -oindre.
Comme leurs camarades en -soudre, ils perdent leur "d" à la première et à la deuxième personne du singulier du présent de l’indicatif. Prenons par exemple les verbes craindre, peindre et joindre. Conjugués, ils donneront : je crains / tu crains ; je peins / tu peins ; je joins / tu joins. À la troisième personne du singulier, toujours comme pour les verbes en -soudre, ce "d" se transforme en "t" : il craint, il peint, il joint.

Comme leurs camarades en -soudre, ils perdent leur "d" à la première et à la deuxième personne du singulier du présent de l’indicatif. Prenons par exemple les verbes craindre, peindre et joindre. Conjugués, ils donneront : je crains / tu crains ; je peins / tu peins ; je joins / tu joins. À la troisième personne du singulier, toujours comme pour les verbes en -soudre, ce "d" se transforme en "t" : il craint, il peint, il joint.

Un billet de Sandrine Campese, auteure pour le blog du Projet Voltaire, et formatrice en orthographe. Pour ne plus faire de fautes, entraînez-vous avec le Projet Voltaire, n°1 de la formation en orthographe avec plus de 5 millions d’utilisateurs (écoles, entreprises, particuliers).