1. Métiers verts : envie de protéger la nature

Métiers verts : envie de protéger la nature

Envoyer cet article à un ami
Kévin, 22 ans, est soigneur au Parc zoologique de Paris. // © Mat Jacob / Tendance Floue pour l'Étudiant
Kévin, 22 ans, est soigneur au Parc zoologique de Paris. // © Mat Jacob / Tendance Floue pour l'Étudiant

Préserver l’environnement, la faune et la flore, est une mission pour passionnés aux profils et aux fonctions divers. Ces 17 métiers, qui participent à la sauvegarde de la nature, sont aussi variés que les milieux et les espèces qu’ils étudient.

Agent de qualité de l'eau

Ce qu'il fait

Il veille au bon déroulement des opérations permettant l'épuration de l'eau et le traitement des boues dans une station d'épuration. Il doit effectuer les réglages, prévenir les difficultés et assurer éventuellement les travaux de réparation. Il dose les produits chimiques d'épuration et effectue les prélèvements pour le contrôle de la qualité des eaux.

Sa formation (du CAP au bac)

CAP (certificat d'aptitude professionnelle) agent de la qualité de l'eau ; BEP (brevet d'études professionnelles) industrie chimique et traitement des eaux ; BEP conducteur d'appareils, option B traitement et épuration des eaux ; bac professionnel industrie chimique et de procédés ; bac professionnel électromécanique ou chimie...


Ses compétences

Notions d'électromécanique, de biologie, de chimie.

Agriculteur biologique

Ce qu'il fait

Chef d'entreprise, l'exploitant a une ou plusieurs spécialités : l'élevage, les ­cultures céréalières, la viticulture, le maraîchage... Ses journées sont rythmées par les saisons pour semer, entretenir ses cultures, soigner son bétail, récolter. Il veille à l'aménagement de sa ferme et à l'évolution de ses installations. Il s'occupe de la comptabilité, de la gestion administrative et financière de son exploitation. Pour bénéficier de la certification biologique, l'agriculteur bio ne doit pas utiliser de produits chimiques et respecter les réglementations française et européenne.

Sa formation (bac)

Le niveau bac, avec un brevet professionnel de responsable d'exploitation agricole, suivi d'un stage d'installation. Plusieurs formations continues spécialisées sont proposées au cours de sa carrière...

Ses compétences

Un sens de l'observation et une capacité de raisonnement global sur ses interventions sur le milieu.

Biologiste en environnement

Ce qu'il fait

Il travaille dans un laboratoire où il étudie les comportements des organismes vivants. Il réalise des expérimentations et interprète les résultats, diffuse les conclusions et avancées technologiques dans des publications scientifiques.

Sa formation (bac+5 et plus)

Master en biologie ; master en génétique, suivi d'un doctorat ; diplôme d'ingénieur spécialisé en biologie...

Ses compétences

Pédagogie, capacité d'adaptation et maîtrise de l'anglais.

Botaniste

Ce qu'il fait

Il observe, répertorie et classe les végétaux. Il réalise sur le terrain des prélèvements et participe à l'inventaire des flores d'un milieu donné. Il étudie l'interaction des végétaux avec leur milieu ambiant, l'évolution des espèces...

Sa formation (bac+5 et plus)

Master biologie végétale, suivi d'un doctorat ; diplôme d'ingénieur spécialisé en sciences du végétal ; diplôme d'ingénieur agronome...

Ses compétences

Sens de l'observation, rigueur et curiosité scientifique.

Entomologiste

Ce qu'il fait

Il étudie les insectes, leur mode de reproduction et leur impact sur l'environnement. Sur le terrain, il recense les espèces et analyse, par exemple, leur rôle dans la propagation des maladies sur les plantes cultivées. En laboratoire, il effectue des tests pour établir des mesures de lutte biologique ou chimique.

Sa formation (bac+5)

Master en biologie ; master en agriculture ; master en entomologie médicale et vétérinaire ; master d'écologie...

Ses compétences

Bonne capacité physique et mobilité.

Ingénieur écologue

Ce qu'il fait

Il analyse, mesure et prévoit l'impact des activités humaines sur l'environnement et la biodiversité. Il réalise des études d'impact, monte des dossiers réglementaires et fournit des conseils et des recommandations.

Sa formation (bac+5)

Masters dont écologie scientifique, sciences biologiques et du milieu naturel, biologie, géologie, chimie, physique, génie civil ou rural, complétés d'une option liée à l'environnement ; diplôme d'ingénieur agronome avec une spécialisation en environnement...

Ses compétences

Maîtrise de l'anglais scientifique et autonomie.

Inspecteur de la santé publique vétérinaire

Ce qu'il fait

Il organise, supervise les missions de surveillance et de contrôle dans le domaine de la santé animale, de l'hygiène alimentaire et de l'environnement en rapport avec l'élevage et l'agroalimentaire. Il organise les cellules de crise et de plans d'alerte et prend part aux enquêtes épidémiologiques. Il réalise des bilans et coordonne l'information. Il participe aux réunions avec les élus, les administrations et les représentants de la fonction publique territoriale, les organisations professionnelles et de consommateurs.

Sa formation (bac+5 et plus)

Concours externe de la fonction publique, catégorie A, ouvert aux titulaires d'un diplôme permettant d'exercer des activités de vétérinaire.

Ses compétences

Mobilité et autonomie.

Technicien forestier

Ce qu'il fait

Responsable d'un groupe d'agents techniques, il est chargé de la mise en valeur d'une surface moyenne de 5.000 hectares. Il participe à la surveillance des forêts, en tant qu'agent chargé de missions de police judiciaire, et à toutes les missions de technique forestière, d'aménagement et d'équipement du milieu naturel.

Sa formation (de bac à bac+2)

Bac scientifique ou BTSA (brevet de technicien supérieur agricole) production forestière. Le concours externe de technicien supérieur forestier de l'ONF (Office national des forêts) est nécessaire.

Ses compétences

Résistance physique, sens de l'observation et bonne acuité visuelle.

Kévin, 22 ans, soigneur au Parc zoologique de Paris : "J'essaie d'occuper les animaux pour ne pas qu'ils s'ennuient"
"Passionné par les animaux, je voulais faire un métier me permettant d'être au plus près d'eux. Après mon bac STAV (sciences et technologies de l'agronomie et du vivant), j'ai suivi 1 an de formation de soigneur au CFPPA (centre de formation professionnelle et de promotion agricole) de Vendôme [41]. On y apprend toute la classification des animaux, mais aussi les règles d'hygiène et de sécurité à respecter, avec des travaux pratiques dans des zoos. J'ai ensuite été embauché au Parc zoologique de Paris. Il y a très peu de postes de soigneurs sur le marché et la plupart ont un statut précaire de contractuel. Je m'occupe des animaux d'Afrique dans le zoo. Je fais plusieurs rondes le matin afin de m'assurer qu'ils sont tous là et en bonne santé, puis je leur donne leur petit-déjeuner. La journée est ensuite ponctuée par des animations et par beaucoup de nettoyage. J'essaie d'occuper les animaux pour ne pas qu'ils s'ennuient, en mettant de la nourriture dans des bouteilles pour les babouins par exemple. J'ai un contact privilégié avec eux, car je les nourris. Il faut toujours être là pour eux et je n'ai que 1 week-end de libre sur 4 par mois."

8 autres métiers à découvrir
Agent de relation avec la production agricole élagueur doux
Garde nature
Ingénieur de travaux agricoles
Océanographe
Ornithologue
Ouvrier paysagiste
Technicien en préservation des milieux aquatiques...

Sommaire du dossier
Retour au dossier Métiers d’avenir : la vie en vert Métiers verts : envie de prévenir les pollutions et les risques Métiers verts : envie de protéger la nature Métiers verts : envie de sensibiliser tous les publics Un bouquet de formations vertes