Marie-Hélène Tual–Averbuch, sage-femme

publié le 21 May 2007
3 min

Ils sont kiné, opticien, infirmier, médecin, pharmacien… et ils vous expliquent en quoi consiste leur métier, les qualités indispensables pour l’exercer et vous donne quelques conseils si vous voulez les imiter.

Sage-femmeSon métier

 

« Accompagner les femmes enceintes du début de la grossesse jusqu’à l’accouchement, et après la naissance du bébé, c’est cela, le métier de sage-femme. » À l’hôpital, le rôle de Marie-Hélène varie selon le service où elle exerce. Consultations de grossesse, cours de préparation, accouchements… Elle est de toutes les étapes de l’aventure, pour suivre, guider et rassurer les futures mamans, car « même quand tout va bien, la grossesse représente un bouleversement physique et psychologique extraordinaire ». Affectée aux consultations, Marie-Hélène reçoit les futures mamans, effectue l’examen obstétrical, prescrit les examens obligatoires, comme les échographies, et éventuellement des examens complémentaires. « Chaque patiente, chaque grossesse est différente, il faut être à l’écoute, s’adapter au cas par cas. » Elle peut également mener les cours de préparation à l’accouchement : trois séances d’information et deux cours pratiques pour apprendre aux femmes à respirer durant les contractions et l’accouchement.

Lorsqu'elle travaille en salle d'accouchement, enfin, Marie-Hélène accompagne la patiente des premières contractions jusqu’à l’arrivée du bébé. Elle assure le suivi du travail : fréquence des contractions, dilatation du col, état de l'enfant… « Au moindre problème, je fais immédiatement appel à l’obstétricien. Mais si tout est normal et que je ne dépiste aucune pathologie, je gère l’accouchement en toute autonomie. En plus du versant obstétrical, je suis auprès de la maman pour respirer avec elle, lui expliquer comment pousser, accompagner sa douleur et son éventuelle détresse. Elle est l’actrice de son accouchement, mais j’ai un rôle psychologique d’accompagnement important. Une fois l’enfant né, j’effectue l’examen pédiatrique complet, puis la surveillance de la maman et du bébé pendant les deux heures suivantes. »

Les qualités indispensables

 

« C'est un métier difficile, qui exige une grande rigueur. Tout doit être noté sur le dossier de la patiente, et la synthèse des éléments doit permettre de dépister un problème éventuel. Honnêteté intellectuelle et ouverture d'esprit sont également essentielles pour effectuer le bon diagnostic, au cas par cas. Il faut aussi avoir une bonne capacité d'adaptation, vis-à-vis des patientes comme de l'équipe de travail, qui change sans arrêt. Enfin, la qualité du contact humain est primordiale : on accompagne des femmes lors d'un moment unique de leur vie. C'est un métier de passion, qui demande beaucoup d'énergie : il faut avoir le sens des autres, avoir envie de donner. »

Son conseil

 

« Je crois qu'il faut être assez mature pour aborder ce métier, qui exige d'assumer de très lourdes responsabilités, sans pour autant bénéficier de la reconnaissance qui va avec. Il ne faut pas être carriériste. »


Accéder à la fiche métier : Sage-femme