Comment devenir lobbyiste ?

Par l'Etudiant, publié le 20 Decembre 2021
7 min

Pour devenir lobbyiste, il est essentiel de maîtriser des sujets complexes comme le droit, l’économie ou la politique. Métier particulièrement exigeant, il implique une charge de travail conséquente et un quotidien très rythmé.

Comment devenir lobbyiste

Il existe différents préalables à connaître pour devenir lobbyiste. Pour remplir son rôle au quotidien et développer les connaissances nécessaires à l’exercice de ses missions, le lobbyiste doit faire preuve de rigueur et de précision.

Quel est le rôle d’un lobbyiste

En tant que lobbyiste, vous êtes chargé de représenter et défendre les intérêts d’un client ou d’un groupe d’intérêt auprès d’acteurs politiques ou d’instance de décision. Vous avez pour mission principale de convaincre pour orienter certaines lois en faveur des intérêts du groupe ou de l’entreprise pour laquelle vous œuvrez. Le rôle d’un lobbyiste est donc d’avoir une influence suffisante dans les coulisses de l’échiquier politique lors de moments charnières, comme lors de l’élaboration d’un projet de réforme allant à l’encontre des intérêts de sa clientèle, ou inversement.

Le métier de lobbyiste requiert une grande capacité de conseil et d’analyse. Vous êtes amené à étudier et maîtriser de nombreux sujets en fonction de la structure pour laquelle vous travaillez. Pour cela, vous devez être constamment en alerte sur les évolutions législatives et réglementaires dans le secteur concerné. De la même manière, il est essentiel de parvenir à vous constituer un réseau fiable et solide pour étendre votre influence et rencontrer des élus et des dirigeants politiques.

Le rôle d’un lobbyiste est donc complexe. Il implique de concilier veille juridique, analyse et récolte de données, construction d’argumentaire et rendez-vous aux enjeux majeurs.

La formation pour devenir lobbyiste

Pour devenir lobbyiste, il faut impérativement justifier d’un niveau bac +5. Compte tenu des exigences du métier, les recruteurs se montrent particulièrement pointilleux sur le parcours de formation suivi.

Suite à l’obtention de votre baccalauréat, vous avez la possibilité d’intégrer différents établissements afin de poursuivre vos études pour devenir lobbyiste. Que vous optiez pour une business school, une école de management, un institut d’études politiques (IEP) ou l’université, l’important réside avant tout dans le choix du cursus.

Parmi les domaines qui mènent au métier de lobbyiste, on peut citer entre autres les relations internationales, les affaires publiques, le droit, l’environnement, l’économie ou encore la communication et le marketing. Sachez d’ailleurs que les doubles cursus sont particulièrement appréciés des recruteurs. Un diplôme d’école de commerce couplé à un master en études politiques s’inscrit, par exemple, parfaitement dans cette exigence de pluridisciplinarité.

Des études juridiques ou de sciences politiques sont un plus. Car vous serez potentiellement amené à rédiger des textes de lois, directives ou amendements « clés en main » aux personnels politiques.

Enfin, il est bon de souligner que vous pouvez également poursuivre vos études au-delà du master ou de tout autre diplôme d’un niveau équivalent. En effet, certaines formations comme le mastère spécialisé ou le MBA (master of business administration) permettent de se spécialiser encore davantage tout en validant un bac +6.

Lire aussi

Quelles sont les qualités pour devenir lobbyiste ?

Parmi les qualités essentielles pour devenir lobbyiste figure avant tout la capacité à argumenter et à convaincre. En tant que représentant des intérêts d’un groupe, d’une ONG, d’une collectivité ou d’une entreprise, vous devez être en mesure de vous montrer persuasif face à vos différents interlocuteurs. En plus de cette aisance relationnelle, disposer de grandes qualités rédactionnelles est également fondamental pour mener à bien vos missions.

Par ailleurs, vous devez faire preuve d’une solide culture générale pour devenir lobbyiste. Des connaissances approfondies dans les domaines du droit, de l’économie, de la finance et de la politique sont indispensables. Enfin, vous devez avoir conscience qu’il s’agit d’un métier très exigeant. Vous devez donc être capable de supporter la pression et de gérer un emploi du temps très chargé.

Lire aussi

Devenir lobbyiste : recrutement et salaire

Occuper un poste de lobbyiste dès la sortie de vos études n’est pas dans l’ordre des choses. Même si vous avez suivi une formation pour devenir lobbyiste, vous allez devoir multiplier les expériences et étoffer votre réseau avant de pouvoir prétendre exercer pleinement ce métier. Il n’est pas rare d’apprendre les ficelles du métier auprès d’un consultant expérimenté avant de mener ses propres missions. Vous pourrez ensuite réellement débuter votre carrière de lobbyiste.

Concernant le mode d’exercice, il est possible de travailler pour différents clients au sein d’un cabinet spécialisé ou directement auprès d’une entreprise, d’une association ou d’une collectivité territoriale. Sachez également que vous pouvez vous lancer en qualité de freelance, bien que cela implique de posséder un réseau déjà bien fourni en plus d’une solide réputation.

Par la suite, vous pouvez évoluer à des postes plus importants. Si dans un premier temps on pense naturellement à une fonction de directeur de cabinet, il est également envisageable de vous orienter vers des postes de collaborateurs parlementaires, voire d’intégrer directement un ministère.

Enfin, on estime le salaire d’un lobbyiste autour de 2 500 € brut mensuel au cours des premières années d’exercice. Assez rapidement, et selon la taille du carnet d’adresses et le type de clients, il est possible d’atteindre une rémunération de 6 000 € brut mensuel.

En résumé, devenir lobbyiste demande un investissement personnel et professionnel conséquent. Au contact de nombreuses personnalités importantes, ce métier exige de savoir supporter la pression et de savoir composer face à des enjeux de taille. Persuasif, cultivé et particulièrement organisé, le lobbyiste gagne en influence et en crédibilité à mesure que son réseau professionnel se développe au fil des années.

Articles les plus lus

A la Une Métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !