« J’AI SU QUE JE SERAI COIFFEUR DÈS MON STAGE DE TROISIÈME »

Par avec le soutien de L’Oréal Produits professionnels et de l’Union Nationale des Entreprises de Coiffure, publié le 06 Decembre 2019
4 min

Johan Seguin, 16 ans, médaillé d’argent aux WorldSkills 2019, fait partie des 17 754 apprentis français qui ont choisi et trouvé leur voie : la coiffure ! Armé d’un solide plan de carrière, le jeune homme vit sa passion en alternance, entre cours théoriques en CFA et apprentissage au sein d’un salon, à Angers. Portrait d’un jeune homme déterminé… et heureux !

« Petit, déjà, j’aimais coiffer ma mère », avoue Johan, qui a fait d’un simple passe-temps d’enfant un projet professionnel sérieux. À Thorigné-d’Anjou (Maine-et-Loire) où il vit, comme partout en France, la pénurie de coiffeurs se fait sentir. Pourtant, à entendre Johan en parler avec exaltation, cette profession semble avoir de beaux jours devant elle !

Plutôt qu’une école spécialisée, Johan a choisi, pour apprendre son futur métier, la voie royale de l’apprentissage, tout juste réformée. « Je voulais vraiment exercer dans un salon, c’est pour moi le meilleur moyen de se faire la main et d’être d’emblée au contact de la clientèle. » Car oui, dans ce métier, la dimension humaine et sociale tient une place de choix. « Le relationnel est une part importante de mon travail, et ça tombe bien, j’adore ça, le contact avec les gens ! » Même si, parfois, les « exigences des client(e)s demandent un vrai sens de l’adaptation. »

Comment Johan est-il entré dans le cercle vertueux de l’apprentissage ? « J’ai obtenu mon brevet en fin de troisième et je me suis inscrit au Centre de Formation Pierre-Cointraud, à Angers. » Le sésame obligatoire pour intégrer l’école : un contrat signé par son futur maître d’apprentissage. Et c’est là que la motivation de Johan, preuve de son réel intérêt pour la profession, a payé : il a prospecté, en faisant du porte-à-porte (hors de question pour lui d’envoyer des CV !), dans une quarantaine de salons de sa région… une quête qui a payé puisque qu’il se retrouve aujourd’hui dans un salon avec une maître d’apprentissage à l’écoute et qui le motive au quotidien !

C’est dans un salon de coiffure du centre-ville d’Angers, qui compte deux apprentis (dont lui), une salariée et la patronne de Johan, qu’il apprend désormais son métier, une vingtaine de jours par mois, en alternance avec ses cours au Centre de Formation des Apprentis de la CCI d’Angers. Cette amorce d’indépendance lui plaît : « Je touche un salaire, je me sens plus libre, ça correspond bien à mon caractère, bref, je m’épanouis ! » Et côté bac et ciseaux, le jeune coiffeur a déjà ses préférences : les coupes « homme », les colorations et les coiffures de défilé. Seuls bémols : un emploi du temps très (bien) rempli (le samedi est le jour le plus chargé pour les coiffeurs), et un salaire d’apprenti qui n’est pas encore au niveau de ses espérances.

Mais Johan sait que l’avenir lui appartient – avec un contrat quasi assuré à l’issue de son apprentissage – et surtout, il a déjà planifié les cinq prochaines années ! D’abord, il aimerait se qualifier pour les finales internationales des Olympiades des métiers en 2023 (auxquelles il a participé avec succès cet été en Russie, dans la catégorie junior), puis décrocher son CAP Coiffure et son Brevet Professionnel. Le jeune homme aimerait aussi ajouter d’autres cordes à son arc : « Pourquoi pas préparer aussi un BTS Métiers de la Coiffure pour apprendre, entre autres, comment gérer un salon, si je deviens mon propre patron un jour. » Des projets et des rêves, Johan en a plein la tête ! Notamment exercer sa « profession passion » à l’étranger, « en Angleterre d’abord, car ce n’est pas trop loin, et pourquoi pas aux États-Unis ou en Australie. » Apprendre la coiffure par le biais de l’apprentissage, décidément une voie royale !

Articles les plus lus

A la Une Métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !