1. Franck Provost : "Les métiers de la coiffure recherchent 10.000 jeunes candidats à former"
Interview

Franck Provost : "Les métiers de la coiffure recherchent 10.000 jeunes candidats à former"

Envoyer cet article à un ami
L'Oréal ouvrira son école de coiffure et d'entrepreneuriat en janvier 2020. // © Valentin Fougeray pour L'Oréal Produits Professionnels
L'Oréal ouvrira son école de coiffure et d'entrepreneuriat en janvier 2020. // © Valentin Fougeray pour L'Oréal Produits Professionnels

VIDÉO. L’Oréal ouvre dès janvier 2020 sa propre école de coiffure à Paris et créé un bachelor Coiffure et Entrepreneuriat. Objectif : renforcer l’attractivité des métiers de la coiffure auprès des jeunes et donner les clés pour monter son salon de coiffure. "Le métier de coiffeur reste un métier d'avenir", confie Franck Provost en exclusivité à L'Etudiant.

"Le secteur de la coiffure a perdu près de 10.000 jeunes en dix ans", estime Franck Provost, coiffeur et homme d’affaires qui a ouvert son premier salon trois ans après avoir obtenu son diplôme de coiffure. Comme lui, des milliers d'artisans coiffeurs se font des cheveux blancs ! Certes la profession se porte bien sur un plan économique, avec une hausse de 4,8% de son chiffre d’affaires sur un an. Pourtant, elle peine à recruter et ses effectifs ne cessent de diminuer, alternants compris, depuis 10 ans. "Nous manquons de candidats et c’est dommage car c’est un métier qui offrira toujours du travail : vous, moi, les stars, le président de la République…tout le monde se fait coiffer", déplore Franck Provost, qui a notamment eu comme clients des stars de cinéma comme Sharon Stone, Brigitte Bardot ou Alain Delon.

Déficit d'image du métier auprès des parents

La raison de la désaffection d’une partie des jeunes pour les métiers de la coiffure ? "On manque d'apprentis dans la coiffure car notre métier souffre d'un déficit d'image auprès des parents", déplore le célèbre coiffeur. Classiquement, en France, les parents ont pour leurs enfants la religion du diplôme et non du métier. Priorité est donc donnée au bac et aux études supérieures. "Moi-même, j'aurais déconseillé à ma fille de s'orienter vers les métiers de la coiffure avant le bac", reconnait Nathalie Roos, directrice générale de la division produits professionnels de L'Oréal.

Lire aussi : Notre fiche métier "Coiffeur(euse)"

L'école L'Oréal veut former 150 jeunes au métier de coiffeur mais aussi d'entrepreneur

Le groupe de distribution de produits cosmétiques a annoncé mardi l'ouverture début janvier 2020 de sa propre école dédiée aux métiers de la coiffure, baptisée "Real campus". "Nous souhaitons créer une filière d'excellence attractive pour les jeunes générations en leur proposant une formation complète qui enseigne non seulement la maîtrise technique de la coiffure mais aussi des compétences transverses en entrepreneuriat et en digital", explique Nathalie Roos.

Situé à Paris dans le 14ème arrondissement, le nouveau campus compte accueillir pour commencer 50 candidats dans sa première promotion et très vite 150 étudiants. "Ils intégreront un parcours de formation d'une durée de trois ans pour obtenir un bachelor Coiffure et entrepreneuriat qui correspond à un niveau bac+3", annonce L'Oréal. Le recrutement est ouvert à tous : des jeunes provenant de la filière coiffure et possédant déjà un brevet professionnel mais aussi des candidats titulaires d'un bac généraliste ou professionnel et en réorientation ou reconversion.

Lire aussi : Raphaël, 34 ans : "Comment je suis devenu le meilleur coiffeur du monde"

Un cours d'un mois pour apprendre les basiques du métier

"Ceux-ci suivront en amont du concours d'admission un cours d'un mois de mise à niveau technique accélérée afin d'intégrer le cursus", précise Nathalie Roos."Ce bootcamp pour les candidats non coiffeurs leur permettra d'apprendre en accéléré les gestes techniques du métier". Côté tarif, attention. Mieux vaudra trouver un financement ou une entreprise prête à vous embaucher en alternance pour payer votre formation : cette dernière pourrait bien coûter 10.000 € par an. Mais rehausser l'image de la coiffure le vaut bien !

Le secteur de la coiffure en chiffres
La coiffure représente le 2ème secteur de l'artisanat en France derrière la boulangerie-pâtisserie.
La profession génère un chiffre d’affaires qui avoisine les 6 milliards d’€ de recettes par an.
Il existe 85.700 établissements de coiffure qui exercent sous statut d’indépendants, sous enseigne ou à domicile. On compte 1 salon de coiffure pour 720 habitants.
En moyenne, les Français se rendent chez le coiffeur 4 à 7 fois par an.
C’est un secteur qui reste majoritairement artisanal et emploie 184.000 personnes : 54% des salons de coiffure n’ont aucun salarié. 28% emploient 1 à 2 salariés et 13% de 3 à 5 salariés.
Le métier reste très féminin et emploie 90,5% de femmes et 9,5% d'hommes.
L’addition moyenne réglée par les clients augmente chaque année : les hommes dépensent plus de 20 € à chaque passage chez le coiffeur et les femmes plus de 45 €.