1. Comment je suis devenue primeur en fruits et légumes
Portrait

Comment je suis devenue primeur en fruits et légumes

Envoyer cet article à un ami
Eugénie Maurin 23 ans a créé son entreprise de primeur les Paniers d'Eugénie près d'Aubagne (13). // © Etienne Gless
Eugénie Maurin 23 ans a créé son entreprise de primeur les Paniers d'Eugénie près d'Aubagne (13). // © Etienne Gless

Eugénie, 23 ans, titulaire d'un BTS négociation relation client, réinvente le métier de marchande des 4 saisons. Elle a créé Les paniers d’Eugénie, sa petite entreprise de primeur et traiteur près de Marseille, et utilise les réseaux sociaux pour trouver ses premiers clients. Témoignage d'une entrepreneure dans le commerce des saveurs.

"Mes expériences professionnelles m’ont appris à m’orienter en prenant conscience de ce que je ne voulais pas faire". Dès la fin du collège, Eugénie ne s’imagine pas passer des journées entières en classe et manifeste le désir d’apprendre, tout en découvrant le monde du travail. Elle choisit alors de préparer un bac pro Commerce au lycée Charles Péguy de Marseille.

Lors d'un job d’été, elle découvre le métier de primeur dans un magasin de fruits et légumes à Marseille. Avant d’entamer des études supérieures, elle s’accorde un break d’un an aux États-Unis en 2015–2016. Objectif : "perfectionner mon anglais, découvrir le pays et des choses sur moi-même."

Rentrée en France, Eugénie reprend ses études, mais en alternance : ce sera un BTS Négociation et digitalisation de la relation client (NDRC), effectué au sein d’EDF Entreprises. "Ça a été génial et déterminant pour mon orientation future. J’y ai découvert ce que je n’aimais pas : être assise derrière deux écrans d’ordinateur à vendre des contrats par téléphone. Cela m’a aidée à m’orienter vers le type de métier qui me convenait. Deux critères étaient essentiels à mes yeux : la créativité et la relation humaine avec le client."

Lire aussi : Guillaume, fleuriste dans un palace parisien : "Il faut savoir provoquer la chance !"

S’initier au métier au contact de professionnels

Le métier de primeur en fruits et légumes – goûté le temps d’un job d’été – satisfait aux deux critères que s’est fixés Eugénie. D’un côté, elle aime associer les couleurs, les textures et les saveurs et créer des compositions de paniers de fruits et légumes. De l’autre, le contact direct avec le client lui plait. Peu à peu, l’idée de créer son entreprise individuelle de primeur germe dans son esprit.

La jeune femme rencontre un professionnel du secteur, Ataf Barbouche, qui dirige La Ferme de Longchamp à Paris. "C’est aussi un créateur de gâteaux aux fruits, pas simplement un vendeur de fruits et légumes. J’ai visité son laboratoire. Il m’a beaucoup apporté sur la partie création du métier". Eugénie s’initie à la découpe de fruits frais ainsi qu’au fonctionnement du marché de Rungis, le plus grand marché de produits agricoles du monde. Elle y apprend à sélectionner et acheter les produits.

Lire aussi : Pépiniériste : le témoignage de Virginie, apprentie

Étudier le marché, chiffrer le budget

De retour à Marseille, la jeune entrepreneure prend la précaution de réaliser une étude de marché local. Dans la région, la plupart des primeurs font de la vente de fruits, mais rarement de la création. Il y a donc un créneau à prendre : proposer des créations originales de corbeilles de fruits et légumes prêts à consommer lors de réceptions organisées par des particuliers comme des entreprises. L’étude de marché validée, commence le travail avec un expert-comptable pour chiffrer le montant du projet : combien va-t-il coûter ? De quel budget Eugénie a-t-elle besoin pour démarrer son activité ? Eugénie fait ses calculs : il lui faut un petit laboratoire pour transformer ses produits, des réfrigérateurs, des tables et des couteaux principalement. Coût estimé : 3.500 €. Autre dépense importante, l’achat d’une camionnette frigorifique pour assurer ses livraisons. Pour séduire son banquier et obtenir des financements, la créatrice d’entreprise doit réunir aussi un apport personnel. Eugénie prend donc un job alimentaire de manutentionnaire durant 4 mois, de septembre à décembre 2018.

Instagram et Facebook pour conquérir les clients

Début 2019, avant même le démarrage de l’activité, Eugénie crée les comptes professionnels Facebook et Instagram de sa future entreprise, baptisée Les Paniers d’Eugénie. Instagram se prête particulièrement à la promotion visuelle de ses créations : "Mes clients, je les attrape par les réseaux sociaux", confie la jeune femme qui se concentre sur la communication autant que sur la conception de ses produits gustatifs : création du site web, fabrication de cartes de visite et de dépliants publicitaires… Le faire-savoir compte autant que le savoir-faire quand on lance sa petite entreprise !

L’activité proprement dite est lancée en avril. "Je vends et livre mes créations principalement le samedi et le dimanche". Les clients ? Des particuliers pour une réception familiale comme des entreprises pour leurs petits-déjeuners de travail. Pour se faire connaitre davantage et faire connaitre le métier de primeur, Eugénie participe en juillet 2019 à un mini-tour de France des primeurs organisé avec huit autres commerçants. Paris, Rouen, Toulouse… à chaque étape, la petite caravane fait une halte dans une ville un jour de marché et vante les atouts du métier pour le compte de la fédération professionnelle, Saveurs Commerce. L’occasion rêvée pour Eugénie de visiter les marchés de gros et pourquoi pas de susciter des vocations chez les jeunes en partageant sa passion et son enthousiasme pour son métier.

Eugénie en 4 dates

2015 : bac pro commerce et découverte du métier de primeur lors d'un job d’été
2015–2016 : année aux États-Unis pour perfectionner son anglais
2016–2018 : BTS Négociation et relation client (NRC devenu NRDC)
2019 : création de son entreprise Les paniers d’Eugénie

Un nouveau diplôme, le CAP Primeur

Le métier de primeur reste très artisanal. Au total, 12.000 petites entreprises font travailler 30.000 personnes ; 13.500 sont salariées, les autres étant à leur compte. Pour devenir primeur, il existe des certificats de qualification professionnelle (CQP), comme celui de vendeur conseil et, depuis septembre 2018, un diplôme spécifique de CAP primeur. Une vingtaine de centres de formations en France propose ce diplôme à la rentrée 2019.