1. Adrien, chez Lexsi : “Le secteur évolue très vite et demande d’être toujours en veille”
Portrait

Adrien, chez Lexsi : “Le secteur évolue très vite et demande d’être toujours en veille”

Envoyer cet article à un ami
Adrien a été embauché dès la fin de son stage. // © Photo fournie par le témoin
Adrien a été embauché dès la fin de son stage. // © Photo fournie par le témoin

À 27 ans, Adrien aide les entreprises à détecter les failles de sécurité de leur système informatique. Pour cela, il se transforme en hacker et tente de pirater sites Web, applications et autres réseaux.

Son métier

Qu'il s'agisse d'un site Web, d'une application mobile ou d'un serveur interne, la mission d'Adrien reste inchangée. Le jeune pentesteur (tiré de l'anglais "pentest" pour "test de pénétration") doit s'introduire, tel un hacker, sur le système informatique en question pour détecter toutes les failles de sécurité existantes. Mais contrairement aux pirates qui agissent dans l'illégalité, Adrien, lui, travaille pour le compte de l'entreprise piratée, dans le cadre d'un audit. "Le client nous contacte car il souhaite connaître ses points de vulnérabilité", explique le jeune homme. Avant de passer à l'action, un contrat bien ficelé est signé entre les deux parties pour définir avec précision l'ampleur de "l'attaque" et assurer le client qu'Adrien respectera une clause de confidentialité. "Nous pouvons être en contact avec des données sensibles. Nous nous engageons à ne pas les divulguer et à les supprimer une fois notre mission accomplie".

Une fois l'audit réalisé, Adrien doit rédiger un rapport puis le présenter à ses clients. "Il faut à la fois tenir un discours technique, à destination des informaticiens et un discours plus managérial, pour les directions. Avoir ces deux casquettes est très plaisant," reconnaît Adrien.

Le salaire

Entre 2.700 € et 3.300 € bruts par mois.

Sa formation

Intéressé dès le lycée par l'informatique et "bidouilleur" amateur, Adrien s'est orienté vers un DUT (diplôme universitaire de technologie) réseaux et télécommunications de l'université Joseph-Fourier, à Grenoble, à la suite de son baccalauréat scientifique. "J'ai choisi l'IUT un peu par hasard, avoue le jeune homme. Je recherchais une formation très concrète, avec énormément de travaux pratiques. Et je n'ai pas été déçu !" Une fois son DUT en poche, il s'oriente vers un master management des systèmes d'information, préparé à l'EMSI (École de management des systèmes d'information), du groupe Grenoble EM. "Après deux ans de formation très technique, je voulais prendre de la hauteur et apprendre à manager des équipes", concède Adrien. À la fin de sa formation, il décide de poursuivre encore une année pour se spécialiser en sécurité informatique, grâce à un Mastère spécialisé "ingénierie et management de la sécurité des systèmes d'information" préparé à l'INSA Lyon. Il réalise son stage de fin d'études chez Lexsi. À l'issue de ses six mois d'expérience, il est embauché par la société en CDI, à Lyon.

Son conseil

"Pour s'épanouir dans ce métier, il faut être passionné et continuer de bidouiller pour soi. Le secteur évolue très vite et demande d'être toujours en veille, pour connaître les dernières évolutions technologiques et les dernières techniques d'attaque. Cela demande beaucoup d'énergie et sans ce travail d'informations, on peut très vite se retrouver rouillé... et donc limité !".

Sommaire du dossier
Retour au dossier Adrien, chez Lexsi : “Le secteur évolue très vite et demande d’être toujours en veille” Vincent, chez Thalès : “En cybersécurité, il faut savoir communiquer, aussi bien en français qu’en anglais” Saida, chez Brainwave : “Choisir la cybersécurité, c’était l’assurance de décrocher facilement un emploi.”