1. Vincent, chez Thalès : “En cybersécurité, il faut savoir communiquer, aussi bien en français qu’en anglais”
Portrait

Vincent, chez Thalès : “En cybersécurité, il faut savoir communiquer, aussi bien en français qu’en anglais”

Envoyer cet article à un ami
Pour Vincent, la formation ingénieur l'a très bien préparé au monde de la cybersécurité. // © Photo fournie par le témoin
Pour Vincent, la formation ingénieur l'a très bien préparé au monde de la cybersécurité. // © Photo fournie par le témoin

Chez Thalès, qui compte 61.000 collaborateurs à travers le monde, Vincent, 30 ans, aide les équipes de développeurs à concevoir les nouveaux produits du catalogue cybersécurité, qui seront proposés aux clients du groupe.

Son métier

Depuis 2014, Vincent est responsable technique de développement de produits chez Thalès. Basé à Gennevilliers, en région parisienne, il travaille aux côtés d'ingénieurs et de développeurs sur l'offre de produits spécialisés en cybersécurité, baptisée "CYBELS", du géant mondial des hautes technologies. Leurs objectifs ? Prévenir, détecter et contrer toute attaque et cyber-menace. Pour cela, la société développe différents produits, allant de l'antivirus à des sondes de détection d'intrusion placées sur certains systèmes surveillés.

Vincent réfléchit ainsi avec ses collègues à de nouveaux outils, pouvant compléter l'offre déjà existante. "Nous nous appuyons notamment sur les travaux réalisés dans les laboratoires de recherche du groupe, explique Vincent. Notre but est de répondre aux nouvelles problématiques de nos clients." Vincent apporte son expertise lorsqu'il faut faire un choix technique, mais il intervient aussi auprès des clients du groupe pour épauler ses collègues commerciaux qui vont présenter les produits. "Il faut savoir communiquer, aussi bien en français qu'en anglais", précise le jeune homme.

Sa formation

Après un bac S et un DUT (diplôme universitaire de technologie) réseaux et télécommunications, Vincent s'oriente vers une licence professionnelle "réseaux sans fil et sécurité" préparée à l'IUT de Saint-Malo. Il intègre ensuite l'école d'ingénieurs angevine ESAIP et obtient son diplôme en 2010. "L'informatique m'intéressait énormément et je savais que le secteur était vecteur d'emplois, raconte le jeune homme. Après avoir obtenu mon DUT, je me cherchais un peu. La licence professionnelle m'a permis de découvrir la sécurité informatique. Cette expérience m'a ouvert de nouveaux horizons et m'a donné envie de poursuivre mes études. Aujourd'hui, la spécialité cybersécurité permet de couvrir des domaines, des environnements très larges. Et c'est passionnant."

Son conseil

"La formation ingénieur prépare très bien au monde de la cybersécurité. Durant le cursus, on apprend à être ouvert, à s'adapter à différents contextes, interlocuteurs, technologies. Pour travailler dans ce secteur, il faut savoir être souple et aimer évoluer constamment."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Adrien, chez Lexsi : “Le secteur évolue très vite et demande d’être toujours en veille” Vincent, chez Thalès : “En cybersécurité, il faut savoir communiquer, aussi bien en français qu’en anglais” Saida, chez Brainwave : “Choisir la cybersécurité, c’était l’assurance de décrocher facilement un emploi.”