Un métier trop méconnu : rédactrice territoriale

Par Sylvie Lecherbonnier, publié le 11 May 2009
2 min

Prof, médecin, journaliste… On a toujours les mêmes idées en tête. Pourtant, dans l’industrie, les nouvelles technologies ou les services, de nombreuses pistes, souvent négligées, valent d’être creusées.

Claire Couaillier, 30 ans : "Mon travail est au cœur de l’actualité politique"

Un BTS commerce international en poche, Claire Couaillier voulait devenir assistante commerciale dans une entreprise d’import-export. Mais au bout de quelques mois de chômage, la jeune femme, originaire de l’Aube, commence à stresser. "Les portes se fermaient. J’étais inquiète pour mon avenir." Elle opère alors un virage à 180 degrés et s’inscrit en licence d’administration publique avec un objectif : devenir fonctionnaire. "Attirée par la sécurité de l’emploi, j’ai passé les concours un peu au hasard."

Après avoir échoué à devenir agent des douanes, Claire Couaillier réussit le concours d’adjoint administratif et intègre le conseil général de la Marne. "Dans la fonction publique territoriale, vous avez trois ans pour trouver un poste, prévient Claire. Au bout de ce laps de temps, vous perdez le bénéfice du concours. J’ai eu la chance de trouver rapidement." Trois ans plus tard, elle devient rédactrice territoriale, toujours par le biais du concours. "Cette évolution me permettait d’être mieux payée", confie Claire.

Depuis son arrivée au conseil général, elle s’occupe du secrétariat de l’assemblée départementale. La préparation et le suivi des délibérations des élus, c’est son affaire. Elle rédige les actes administratifs, mais aussi les courriers du président du conseil. Un travail au cœur de l’actualité politique qui exige rigueur, disponibilité et discrétion. Mais elle ne compte pas rester à ce poste toute sa carrière. "Les rédacteurs territoriaux sont présents dans tous les services des collectivités. J’aimerais rejoindre le service de l’action sociale et, pourquoi pas, passer à nouveau des concours pour prendre des responsabilités plus importantes."

Sa formation : licence d’administration publique (bac + 3)
Son salaire mensuel net : 1 500 € (primes comprises) 

Articles les plus lus

A la Une métiers qui recrutent

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road