Un métier trop méconnu : responsable de production

Par Sylvie Lecherbonnier, publié le 11 May 2009
2 min

Prof, médecin, journaliste… On a toujours les mêmes idées en tête. Pourtant, dans l’industrie, les nouvelles technologies ou les services, de nombreuses pistes, souvent négligées, valent d’être creusées.

Emmanuel Boyer, 32 ans : "J’avais envie d’être sur le terrain, au cœur de l’industrie"

"Un poste à emmerdes." Voilà comment Emmanuel Boyer définit son métier de responsable de production. "Nous sommes toujours entre l’enclume et le marteau. Il faut servir le client dans les délais, malgré les problèmes qui nous tombent dessus en permanence." Mais n’allez pas croire qu’il n’aime pas son travail. Bien au contraire ! "À l’issue de mon école d’ingénieurs, je ne me voyais pas dans un bureau d’études. J’avais envie d’un métier de terrain, au cœur de l’industrie."

Emmanuel a commencé sa carrière à Schneider Electric en tant que chef de projet chargé des méthodes industrielles, avant de partir en République tchèque pour devenir directeur de production. "Je ne savais pas du tout ce qui m’attendait", se souvient-il. Entrepreneur dans l’âme, il prend la responsabilité de la chaîne de production, avec une équipe de 350 personnes sous ses ordres. Au fur et à mesure des années, les effectifs montent à 700 employés.

Animer les équipes, lancer les projets, mettre en place des indicateurs de suivi, de qualité et de sécurité, tel est son quotidien. "Une expérience humaine et culturelle passionnante, mais un peu usante", reconnaît le manager. Un accélérateur de carrière également. Emmanuel Boyer vient de rentrer en France pour suivre un MBA (Master of Business Administration) financé par son entreprise. Il devrait repartir à l’étranger dans deux ans pour prendre la direction d’une usine.

Sa formation : diplôme d’école d’ingénieurs, (bac + 5).
Son salaire mensuel net : 4 000 € (primes comprises).

Articles les plus lus

A la Une métiers qui recrutent

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road