1. Comment devenir développeur Web ?
Décryptage

Comment devenir développeur Web ?

Envoyer cet article à un ami

Il n’y a pas de voie toute tracée, mais quelques trajectoires qui se distinguent au milieu des autres. Petit tour d’horizon avec Jean-Michel Oullion, auteur du guide Les métiers d’Internet, publié aux éditions l’Etudiant. Extraits.

Pour Sandra Costes, "un DUT informatique offre une vision globale des métiers du Web (développement, administrateur réseaux, administrateur base de données, architecture système, etc.). Mais comme il est difficile de trouver du travail après avoir obtenu un DUT, il est préférable de poursuivre par, au minimum, une licence professionnelle".


Comprendre la logique des langages
  

Olivier Mattei estime que pour devenir développeur Web, on n'est pas obligé d'apprendre à l'école tous les langages. "J'ai fait un cursus de programmation avec des langages lourds (C/C++) qui font partie des langages les plus aboutis du moment. Toutes les grosses applications actuelles (programmes des avions de ligne, fonctionnement de Google, Microsoft Suite Office, etc.) sont codées en C/C++."

"De plus, ajoute Olivier, ces langages sont la base de la plupart des syntaxes de PHP et dans une moindre mesure de JavaScript. Du coup, il est facile d'apprendre PHP après C++. De même, les langages mobiles Objective-C et Java ressemblent plus ou moins à C/C++."


Apprendre en autodidacte
  

Olivier relativise le passage par une formation spécialisée : "D'ailleurs, on peut devenir développeur Web sans faire d'école. Je connais pas mal d'autodidactes qui ont percé et qui ont une très belle situation professionnelle. Le plus important, c'est de mener des projets pour pouvoir les présenter aux futurs employeurs. Car ceux-ci ne se risqueront pas à passer à côté d'un développeur de génie seulement parce qu'il n'a pas un bac+5."


L'expérience de Michaël : une formation en apprentissage
  

Dans tous les cas, il vous faudra fournir de rudes efforts pour acquérir ces compétences informatiques. Et vous vivrez peut-être une belle aventure, comme Michaël Ortali qui avoue une préférence pour les formations en alternance, plus rapides et très vite profitables.

"J'ai choisi une formation en apprentissage. En effet, les entreprises paient pour votre formation et vous rémunèrent pour votre travail. Mon parcours étudiant est assez simple : DUT informatique en alternance, suivi d'un an en licence professionnelle aux Gobelins (CDNL). Durant mes trois années d'études, j'ai bénéficié de deux années d'expérience professionnelle plus facile à valoriser qu'un stage."

Michaël a travaillé pour plusieurs sociétés françaises (Skyrock, Marathon Media, Mediaplazza) avant de s'expatrier aux États-Unis, grâce au programme offert par Parenthèse Paris pour effectuer un stage chez AgencyNet.

"Une fois mon stage en Floride terminé, j'ai travaillé pendant quatre mois chez Yahoo ! en tant qu'ingénieur software avant d'aller chez Google pour un poste qui me convenait davantage : développeur Web pour YouTube. Une expérience fantastique : j'ai mené de nombreux projets dont la refonte de l'interface de YouTube comme 'technical leader'. Il faut dire que Google est une entreprise à part : on bénéficie de beaucoup d'avantages comme les repas gratuits, la salle de sport au bureau ainsi que plusieurs navettes de transport. J'avais vraiment l'impression d'être un enfant gâté ce qui, en soi, me plaisait beaucoup !"

Depuis mars 2013, Michaël Ortali a rejoint le réseau social Pinterest en tant que software engineer (ingénieur logiciel).


Les étapes pour devenir développeur Web
 

Conjuguées à une bonne culture Web, ces étapes permettent, selon Stéphane Nauroy, directeur technique chez Marcel (Publicis), de travailler efficacement dans le domaine du Web.

• Apprendre le langage C : "Ce n'est pas un langage Web, mais c'est la meilleure école à mon sens pour apprendre l'algorithmique et acquérir une grande rigueur dans son travail."

• Apprendre la programmation orientée objet avec Java, par exemple.

• Apprendre à manipuler des flux de données avec leurs langages (bases de données, XML, etc.).

• Maîtriser une technologie Web permettant la programmation objet.

"S'il faut effectivement maîtriser impérativement toutes les technologies client liées à la mise en œuvre d'interfaces Web, complète Michaël Ortali, d'autres compétences techniques sont fortement appréciées comme la connaissance d'un langage de script (PHP, Python), l'utilisation d'un moteur de 'template' (Smarty), ainsi que des notions en accessibilité, en référencement (SEO) et la maîtrise du langage SQL (bases de données)."

Le contact régulier avec d'autres métiers (webdesigners), parfois issus d'un univers multilingue, conduit à privilégier les profils qui ont également des notions de retouche d'images (Photoshop) et parlent une ou plusieurs langues étrangères, l'anglais en tête.


L'évolution du métier
  

À terme, le métier de développeur présente de réelles opportunités de carrière vers la fonction de chef de projet, dès lors que l'on a acquis une expérience et un savoir-faire. La fonction de développeur Web est en perpétuelle redéfinition.

Selon Olivier Mattei, "trois voies se dégagent actuellement dans le métier : le Web fixe (navigateur Web de son ordinateur), le Web mobile (Web mobile et applications pour mobiles) et les solutions tiers (interface de box TV, par exemple)". Le secteur manque en effet de développeurs spécialisés dans les langages pour mobile.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Développeur Web : la passion du code Comment devenir développeur Web ? Intégrateur Web : pour mettre un pied dans le secteur d’Internet