1. Ecotourisme : les embauches démarrent doucement

Ecotourisme : les embauches démarrent doucement

Envoyer cet article à un ami

Composé d’une multitude d’associations et de quelques cabinets de conseil, le secteur de l’écotourisme est encore en phase de décollage. Et les emplois aussi…



Forfait pour un week-end dans une ferme en rondis de bois et revêtue d’une toiture végétale au cœur du Limousin, treaking dans la forêt tropicale de Madagascar où une partie du prix de vente sert à financer des projets de développement local… les formules écoexotiques se multiplient.


Ca s’organise

Aux manettes, des associations proposent des produits centrés sur la mise en valeur de la nature et le respect des populations locales. Pas très loin des clichés du baba-écolo, le concept suscite pourtant l’intérêt des acteurs traditionnels tel le Club Med qui parsèment ses catalogues de quelques produits de ce type. Redoutant un dévoiement des objectifs initiaux, les professionnels du tourisme ont aujourd’hui engagé des négociations pour promouvoir un label rassurant les consommateurs.

Ecosensible. En pleine effervescence, le secteur pourtant ne crée pas beaucoup d’emplois. « En France, contrairement aux pays nordiques, il y a encore tout un travail de sensibilisation à accomplir », remarque Hélène Liebart, une des deux associées de l’Agence pour le développement de l’écotourisme, un cabinet de conseil spécialisé dans ce domaine. Comme d’autres structures identiques, elle conseille les collectivités locales ou les associations qui souhaitent créer des produits écotouristiques. Ces cabinets sont aujourd’hui peu nombreux et comptent un faible nombre de collaborateurs. « Les offres concernent rarement les jeunes diplômés. Nous cherchons des chefs de projet ayant déjà eu une expérience dans l’aménagement du territoire ou le développement économique », poursuit la consultante.


Des profils « tourisme »

Cette première étape franchie, les porteurs de projets embauchent des salariés chargés de la prospection ou de leur réalisation. Les emplois se trouvent essentiellement dans les collectivités locales et dans des structures créées pour fédérer l’offre proposée par les multiples opérateurs privés.

Voyages responsables. Quelques postes sont ainsi offerts pour des spécialistes en marketing, des commerciaux, des guides et autres accompagnateurs. « Dans la majorité des cas, il s’agit de personnes ayant déjà eu l’occasion de faire leur preuve dans le secteur touristique ou ayant suivi des formations classiques. Que l’on vende des séjours standards ou équitables, ce sont les mêmes compétences. Seule différence : dans le deuxième cas, les postulants sont en plus sensibles au développement durable », mentionne Pascal Languillon de Planeth Consultants et auteur du Guide du Routard du Tourisme durable réalisé en collaboration avec l’Ademe et la SNCF. Une question d’éthique avant tout.


Laurence Estival
Sommaire du dossier
Retour au dossier Développement durable : compétences hybrides recherchées Ecotourisme : les embauches démarrent doucement Energies renouvelables : de 200.000 embauches d'ici 2020 ! Filière bio : recrutements tous azimuts Filière de l'automobile "verte" : des emplois surtout pour les ingénieurs en R&D Recyclage des déchets : des emplois pour les commerciaux Protection de la nature : des débouchés limités Secteur du bâtiment : recherche spécialistes à la fibre verte Traitement des eaux : de la place pour de nouvelles recrues !