1. Infographiste 3D : les formations et les débouchés
Boîte à outils

Infographiste 3D : les formations et les débouchés

Envoyer cet article à un ami

Plusieurs écoles préparent au métier d’infographiste et sont appréciées des recruteurs. Mais ce n’est pas parce qu’on est un bon infographiste qu’on doit le rester : il est tout à fait possible d’évoluer vers la gestion de projet notamment, comme le souligne Jean-Michel Oullion dans Les métiers des jeux vidéo et de l’animation, publié aux éditions L’Etudiant (extraits).

Les métiers des jeux vidéos et de l'animationLes infographistes les plus recherchés sont diplômés d'écoles d'art ou d'audiovisuel.


Les formations d'infographiste 3D qui ont la cote
  

Parmi les écoles les plus prisées, on peut citer les Beaux-Arts, Gobelins-l'École de l'image, l'ENSAD (École nationale supérieure des arts décoratifs) ou Supinfogame.

Aujourd'hui, la plupart des écoles d'art et d'arts appliqués ont intégré un enseignement d'infographie dans leur cursus. Ainsi, Erwan Davisseau a fréquenté quatre ans l'école des beaux-arts de Lorient après un bac L : "Vers la fin de mes études aux Beaux-Arts, j'ai effectué un stage en infographie 3D dans la société Cobra Vidéo... et je pense que tout est parti de cette expérience."

Tout infographiste 3D va s'appuyer sur son book de réalisation. Mais pas n'importe lequel : celui-ci doit faire preuve d'originalité, mettre en valeur les compétences graphiques de son auteur et révéler son sens du volume en 3D.


De l'infographie 3D à la gestion de projet
  

Thibaud de la Touanne, associate producer chez Ubisoft, a su profiter des opportunités pour évoluer du métier d'infographiste vers celui de chef de projet : "Je travaille depuis 1993 dans le jeu vidéo et l'image de synthèse. J'ai suivi une formation artistique traditionnelle, mais j'ai eu la chance de pouvoir me former à la 3D en autodidacte – il n'y avait pas d'école de ce type à cette époque. Cela m'a permis de trouver mon premier job comme graphiste 2D/3D dans le jeu vidéo dès la fin de ma formation."

"De fil en aiguille, de boîte en boîte, je suis devenu lead artist, puis game designer, et enfin chef de projet, pousuit Thibaud. Je considère comme une chance de n'avoir pas suivi le parcours classique des chefs de projet (école de commerce) – je n'ai même pas mon bac ! –, mais plutôt le même parcours que les équipes avec lesquelles je travaille. J'ai déjà occupé leur poste en tant que graphiste, game designer ou testeur, rien de tel pour se comprendre et échanger."


La révolution des imprimantes 3D
  

L'infographie française a acquis ses lettres de noblesse, comme le souligne Gilles Benois, directeur pédagogique du pôle 3D Entertainment de Bellecour Écoles d'Art : "Le succès de films made in France tels que Moi, Moche & Méchant a mis notre pays sous la loupe des Américains, qui nous accordent aujourd'hui un intérêt croissant et multiplient les projets sur notre territoire. Il en est de même pour les jeux vidéo tels que Dishonored ou Assassin's Creed, qui font honneur à la French touch et sont de véritables succès internationaux. La révolution industrielle annoncée avec les imprimantes 3D promet également de nouveaux débouchés pour nos étudiants dans les industries du design. Dans le domaine de l'animation, la France reste le 3ème producteur mondial derrière le Japon et les USA... Nous sommes donc en bonne place !"

Sommaire du dossier
Retour au dossier Infographiste 3D ou comment marier fibre artistique et technicité Quelles compétences pour devenir infographiste 3D ? Infographiste 3D : les formations et les débouchés