1. Etudier avec un handicap : l’accès aux cours
Boîte à outils

Etudier avec un handicap : l’accès aux cours

Envoyer cet article à un ami

Vivre avec un handicap ne doit pas vous dissuader d’entreprendre ou de poursuivre vos études. Plusieurs aides sont à votre disposition. Voici quelques pistes pour vous y retrouver.

Quelles sont les aides adaptées à mon handicap ?

Vous retrouverez répertoriées ici la plupart des aides possibles. L’offre d’accompagnement de l’étudiant en situation de handicap varie selon les établissements et les régions. Certaines structures sont plus « handi-accueillantes » que d’autres. Mais le relais handicap est là pour vous aider et s’adapte en général à toute demande ponctuelle. N’hésitez pas à les solliciter !

 

Les aides pédagogiques et humaines adaptées à votre handicap

Le tutorat et le suivi individuel

Des étudiants d’un niveau supérieur peuvent proposer des cours de soutien, un tutorat pédagogique et technique, des lectures à la demande ou un accompagnement en bibliothèque.


Des preneurs de notes

Des étudiants volontaires de votre formation vous assistent pour la prise de note (contre rétribution) pendant les cours magistraux, les travaux dirigés et/ou les travaux pratiques.


Des interprètes Langue des signes française (LSF), codeurs Langage parlé complété (LPC)

Attention, toutes les aides dont vous auriez besoin pour votre vie quotidienne (repas, aide aux toilettes, transport, logement, etc.), qui n’entrent pas dans le champ universitaire, doivent être sollicitées auprès de la maison départementale du handicap (MDPH).

 

Les aides techniques et matérielles dont vous disposez

Un équipement adapté

La plupart des facs et des écoles proposent des photocopies gratuites et prêtent du matériel spécifique : dictaphone, ordinateur portable, agrandissement de support d’informations, transcription en braille, plage braille, loupes électroniques portables, téléagrandisseur, scanner à main, caméra numérique microscope, boucle magnétique, logiciels spécifiques (synthèse vocale, agrandissement de caractères), etc.
 

La mise à disposition de cours

« Nous essayons d’inciter les professeurs à favoriser l’accès aux documents en format numérique », explique Patrick Courilleau de l’université de Cergy Pontoise.
 

Les ressources documentaires : les bibliothèques

Des prêts longue durée peuvent vous être accordés. Les Bibliothèques universitaires (BU) sont souvent équipées de postes adaptés (avec plage braille et synthèse vocale). Beaucoup de revues universitaires sont numérisées, de même que certains catalogues ou documents. Un site précieux pour vos recherches bibliographiques : www.sudoc.abes.fr.
 

Des lieux et du matériel de repos

Certains établissements mettent à disposition des étudiants handicapés des fauteuils ergonomiques ou des lieux de repos adaptés (avec un lit médicalisé, parfois une cuisine et un plan de travail à hauteur).
 

Des aménagements exceptionnels

Le campus de l’Institut Lassalle Beauvais dispose par exemple de chambres accessibles. « Mais on peut aussi réaliser des aménagements supplémentaires, précise Xavier Quernin, chargé de mission handicap : l’une de nos étudiantes dispose d’une sonnette lumineuse si elle oublie de se réveiller. »


L’aménagement du cursus scolaire que vous pouvez demander

Un étalement d’une ou plusieurs Unités d’enseignement (UE) sur plusieurs semestres

En cas d’hospitalisations fréquentes, il est possible d’étaler une année d’études sur deux ans.
 

Un aménagement de l’emploi du temps

En fonction des soins dont vous avez besoin, vous ne pourrez pas toujours honorer vos obligations de présence, surtout en BTS, DUT ou CPGE où les emplois du temps sont chargés. Prévenez votre relais handicap et vos enseignants, ils vous aideront par la suite à rattraper vos cours. Vous aurez également le droit à des délais supplémentaires pour le rendu des travaux.


Le témoignage de… Élisabeth, étudiante en BTS et victime d’une maladie invalidante
« J’ai été victime d’un traumatisme crânien et d’une hémiplégie sur le coté droit, après un accident de voiture à 12 ans. Physiquement, j’ai bien récupéré mais j’ai gardé des séquelles cognitives (troubles de la mémoire, lenteur…). Je suis actuellement en BTS services et prestations du secteur sanitaire et social (SP3S). En ce moment, je suis en stage au Secours catholique. J’aimerais continuer en licence pro. Deux choix s’offrent à moi : travailler dans les ressources humaines ou dans la communication des collectivités et des associations. Tant que je peux continuer je continue, ce n’est pas parce que j’ai un handicap que je vais abandonner.

En BTS, j’ai le droit à une auxiliaire de vie scolaire (AVS) 18 heures par semaine. C’est pour cela que je suis passée en cursus BTS. Je me suis dit, si je vais à la fac, est-ce qu’on ne va pas me lâcher dans la nature ? Mon AVS est là surtout pour les cours importants : elle prend des notes et moi j’écoute. Je ne peux pas faire deux choses en même temps. Après, elle récapitule les notes qu’elle a prises. De mon côté, j’enregistre mes cours sur un dictaphone. Pour que ça rentre, je les écoute et les réécoute… Elle vient souvent après les cours si j’ai un gros devoir par exemple. Elle me prépare aussi à mon entrée à la fac. J’ai du mal à me séparer d’elle. Quand elle n’est pas là, je suis un peu perdue. J’ai envie d’être plus autonome, mais en même temps ça me fait peur. On m’a trop habituée à une personne qui m’aide… La MDPH me fournit également un ordinateur. Je n’en ai pas toujours besoin, mais je vais plus vite avec. 

Sommaire du dossier
Retour au dossier Comment réussir un examen avec son handicap Etudier avec un handicap : l’accès aux cours