1. L’e-commerce, vivier de recrutement
Boîte à outils

L’e-commerce, vivier de recrutement

Envoyer cet article à un ami

Les récentes études, notamment celles de la FEVAD (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) confirment que le e-commerce contribue positivement à la dynamique de l’emploi. Le point avec Jean-Michel Oullion, auteur des Métiers d’Internet, publié aux éditions l’Etudiant, dont voici quelques extraits.

En 2010, le e-commerce aux particuliers et entre entreprises représentait 60.000 emplois en France. Ces effectifs ne cessent d'augmenter en raison du fort développement des sites de commerce en ligne.


Les effectifs du e-commerce
  

Les effectifs du e-commerce se répartissent entre deux types d'entreprises. D'une part, celles spécialistes du e-commerce qui réalisent la totalité de leur chiffre d'affaires à partir d'Internet, qu'il s'agisse de pure players du Net (Opodo, PriceMinister, Groupon, vente-privee.com, RueDuCommerce...) ou d'entreprises ayant créé une filiale autonome spécialisée dans l'e-commerce (fnac.com, Voyages-sncf.com, Sephora, Auchandirect...).

D'autre part, les VADistes historiques qui ont développé des activités e-commerce comme Redcats ou Les 3 Suisses.


Les atouts du e-commerce
  

C'est un secteur qui crée de nouveaux métiers spécifiques à l'Internet, réclamant un haut degré de qualification (informatique, marketing, ressources humaines).

Il recrute des profils variés : plus de la moitié des effectifs du secteur sont titulaires d'un diplôme de l'enseignement supérieur, mais le secteur emploie également beaucoup de non-diplômés pour des métiers nécessitant une moindre qualification (logistique, manutention...).

C'est un secteur ouvert à l'emploi des jeunes : dans un contexte économique et social particulièrement difficile, le e-commerce peut constituer un débouché pour ces derniers, quel que soit leur niveau de qualification.

Le e-commerce fait la part belle au télétravail, bien plus que l'ensemble de l'économie, et c'est également une activité où la rémunération des salariés est relativement plus élevée que dans le commerce traditionnel.


L'éventail des métiers de vente en ligne
  

"Pour le commerce en ligne, précise Michel Koch, directeur e-commerce, on pense d'abord aux métiers du e-marketing (traffic manager, responsable affiliation, responsable e-mail marketing, Web analyste, et le très à la mode "community manager"), mais il ne faut pas oublier le reste de la chaîne de valeur, avec la dimension technique (développeurs, intégrateurs, chefs de projets techniques...) et fonctionnelle (ergonomes, assistance à maîtrise d'ouvrage, chefs de projets fonctionnels...)."

Il ne faut pas négliger non plus "tous les métiers de la logistique et de la 'supply chain', ainsi que le vrai métier d'avenir pour ceux qui aiment le produit : 'category manager', ce nouveau rôle passionnant pour les ex-chefs de produits, qui se situe à la croisée des fournisseurs et des clients".

Sommaire du dossier
Retour au dossier Métiers du Web : les tendances du marché de l’emploi L’e-commerce, vivier de recrutement Métiers de l’Internet : comment trouver un job ? Les profils les plus recherchés des métiers du Web