Les métiers de l’assistanat : une véritable force.

Par Clothilde Hanoteau, publié le 07 Decembre 2012
4 min

On avait prédit la mort du secrétariat avec l’arrivée des nouvelles technologies. Pourtant les effectifs restent stables. Intégrant de nouveaux outils et de nouvelles façons de travailler, les postes ont évolué, sont plus qualifiés et plus spécialisés.

D’après les dernières statistiques de l’Insee, 750 000 personnes exercent aujourd’hui le métier de secrétaire ou d’assistante en France. Et 600 000 personnes exerceraient un métier administratif proche du secrétariat ou de l’assistanat. Ces métiers sont en constante évolution avec notamment le développement des nouvelles technologies, l’apparition de nouveaux logiciels informatiques, et l’acquisition de nouvelles compétences. Quel a été l’impact de cette évolution sur ces métiers ? Randstad, 3ème groupe mondial de services en Ressources Humaines et Super-Secretaire.com, site d’emploi dédié aux acteurs du secrétariat et de l’assistanat, ont réalisé une étude auprès de 3585 secrétaires et assistant(e)s.
Catherine Mourlevat, Responsable du Développement Tertiaire de Randstad explique "De manière générale, on constate que les évolutions progressives amorcées depuis une quinzaine d’années se confirment. Les constats se renforcent. Loin d’avoir disparu d’abord, le métier de secrétaire/assistante existe toujours et si l’on observe une légère baisse il faut souligner le nombre global important de secrétaires en France". Aujourd’hui les entreprises n’adoptent plus forcément les intitulés de "secrétaire" ou "assistant(e)", pas toujours attractifs pour les candidats. Les résultats de l’enquête montrent que selon la fonction exercée, le niveau d’études est différent. Ainsi un(e) secrétaire ou assistant(e) spécialisé(e) est plus diplômé(e) qu’un(e) secrétaire ou assistant(e) polyvalent(e). Le niveau de qualification a progressé puisque les anciens du secteur ne sont pas toujours diplômés. Le Bac + 2 est le diplôme de référence des moins de 36 ans et la proportion des Bac+3 et plus est en hausse.

Hyper maîtrise de l’outil informatique


L’étude montre que les évolutions amorcées se confirment. La maîtrise de la bureautique est considérée comme la plus essentielle par 86% des assistant(e)s et secrétaires interrogés. "Aujourd’hui, on leur demande de maîtriser la messagerie mail, la navigation web, la gestion des agendas à distance ou d’organiser une visio conférence. Ces missions font partie de leur quotidien", explique Catherine Mourlevat. Des évolutions qui ont, à la fois simplifié le métier, et décalé le niveau de compétences. Si de nombreux postes incluent encore des tâches comme la mise en forme d’un courrier, l’assistant(e) remplit des tâches liées à son hyper maîtrise des outils bureautiques mais aussi la communication. "Les cadres sont de plus en plus mobiles et de moins en moins présents dans l’entreprise. Les secrétaires ont dû s’approprier les nouvelles façons de travailler. Un(e) assistant(e) est la personne qui reste dans l’entreprise, qui est sédentaire, c’est la courroie de transmission de l’information écrite et orale. Elle a un poids croissant au niveau du relationnel et de la communication. Son rôle est central au niveau de l’organisation et de la gestion de la connaissance", souligne Catherine Mourlevat. Les personnes interrogées jugent "essentielles" les compétences organisationnelles, comme les compétences relationnelles. Quelle que soit la fonction exercée, on constate une convergence d’opinion sur l’importance de la communication (interne et externe). Parmi les qualités requises pour travailler en assistanat et en secrétariat, les sondés classent en premier la rigueur et l’organisation, puis le sens du contact et l’autonomie.

Vers plus de spécialisation


De manière générale, on ne constate aucune pénurie pour ces métiers. La tendance lourde est à la spécialisation et plus on va vers un niveau très fin de spécialisation, plus les candidats se font rares. "Dans une petite PME de 15/20 personnes, la plupart des assistant(e)s sont polyvalent(e)s et multi-tâches mais selon les secteurs, l'exercice du métier sera différent et plus spécialisé. Quand on va vers plus de technicité spécifique, les profils se raréfient : on aura plus de mal à trouver par exemple un agent de transit, métier administratif dans les secteurs du transport logistique et du commerce international. Il est aussi très difficile de trouver une assistante en gestion locative ou un comptable pour l’immobilier", précise Catherine Mourlevat.

Articles les plus lus

A la Une métiers qui recrutent

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !