1. Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez réparer et entretenir ?
Boîte à outils

Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez réparer et entretenir ?

Envoyer cet article à un ami
Karen, 27 ans, gérante de Fraka Motors, à Saint-Mélaine-sur-Aubence (49) : "Je voulais comprendre comment un petit moteur de moto pouvait livrer autant de performances." // © Thomas Louapre pour l'Etudiant // © Thomas Louapre pour l'Étudiant
Karen, 27 ans, gérante de Fraka Motors, à Saint-Mélaine-sur-Aubence (49) : "Je voulais comprendre comment un petit moteur de moto pouvait livrer autant de performances." // © Thomas Louapre pour l'Etudiant // © Thomas Louapre pour l'Étudiant

Deux-roues, camions, voitures… Tous les véhicules regorgent d’équipements électroniques et d’informatique embarquée. Et demain ? Les constructeurs planchent sur la “voiture connectée” !

L'irruption des nouvelles technologies génère une évolution des compétences : sous le capot, il s'agit de démonter, contrôler, réparer et régler des systèmes mécaniques mais aussi électriques et électroniques. Les métiers de la maintenance sont porteurs et continueront de l'être.

Des transports aux biens d'équipement

Mais il n'y a pas que l'automobile, le ferroviaire ou l'aéronautique sont concernés. Chaque jour, il faut aussi réparer et entretenir des ascenseurs, des systèmes de chauffage ou de climatisation, des réseaux électriques et toutes sortes de machines et d'équipements pour les particuliers (lave-vaisselle ou cafetière high-tech) ou des entreprises (engins de chantier).

"Certains élèves reçoivent 4 ou 5 propositions d'embauche à l'issue de leur formation", assure Laurent Roux, directeur de l'École nationale des professions de l'automobile Garac, à Argenteuil (95), qui forme des techniciens, des vendeurs ou des ingénieurs dédiés aux métiers de l'automobile (930 élèves en formation).

Du CAP au bac+2

Selon France Stratégie, les emplois d'ouvriers qualifiés de la réparation automobile seront en augmentation d'ici à 2022, grâce au renouvellement des véhicules et à l'essor de nouveaux services de mobilité telles les automobiles en libre-service.

L'accès aux métiers de l'automobile peut s'effectuer par un CAP maintenance des véhicules automobiles option voitures particulières. Cette formation peut être complétée par des spécialisations via des mentions complémentaires, telle la MSEA (maintenance des systèmes embarqués de l'automobile), ou des CQP (certification de qualification professionnelle), telle la TEEA (technicien électricien-électronicien automobile).

Pour les autres métiers de la maintenance, il existe pratiquement autant de CAP que de spécialités : construction d'ensembles chaudronnés, maintenance de bâtiments de collectivités, serrurier métallier...

Pareillement pour les bacs professionnels. Après un bac STI2D (sciences et technologies de l'industrie et du développement durable, ex-STI), il est possible de poursuivre en BTS (brevet de technicien supérieur) fluides énergie environnement par exemple, avec l'option maintenance et gestion des systèmes fluidiques et énergétiques ou en DUT (diplôme universitaire de technologie) génie industriel et maintenance par exemple, puis en licence professionnelle.

POUR MOI OU PAS LA MAINTENANCE ?

Pictos vrai Oui si vous êtes curieux(se), méticuleux(se) et organisé(e). Réparer et maintenir un véhicule, c'est cultiver l'envie de diagnostiquer l'origine de la panne, de dresser le bilan des réparations à exécuter.

Pictos vrai Oui si vous avez des notions de gestion. Remplacer les pièces défectueuses, opérer les différents réglages, procéder aux essais et aux mises au point ne sont qu'une facette du métier. À votre compte ou salarié(e) dans un atelier de garage ou d'entreprise, vous devrez établir le devis à soumettre au client, approvisionner en pièces détachées, facturer, encaisser.

ELLE Y TRAVAILLE DÉJÀ : KAREN, 27 ANS, GÉRANTE D'UN ATELIER DE RÉPARATION DE MOTOS
Restaurer de vieux modèles avec des pièces d'origine pour une clientèle de passionnés de bécanes italiennes, c'est le quotidien de Karen, qui a ouvert son propre atelier de réparation, Fraka Motors, en juin 2013, près d'Angers (49). "J'ai toujours été curieuse de comprendre comment le petit moteur d'une moto pouvait délivrer autant de performances", assure Karen, qui obtient d'abord un BEP puis un bac pro maintenance des véhicules automobiles option C motocycles au lycée Jean-Jaurès de Rennes (35). Mais il n'est pas facile pour une femme de s'imposer dans le milieu un peu macho des gros bras du deux-roues !

"J'ai poursuivi par un Bachelor à l'École atlantique de commerce [groupe Audencia Nantes, NDLR] avec une spécialisation en commerce international." Une double compétence technique et managériale qui lui permet de travailler d'abord comme assistante export pour un distributeur d'outillage pour deux-roues. Puis d'ouvrir son propre atelier, qu'elle exploite avec son mari.

"Aujourd'hui, je vis de ma passion de la moto", se réjouit Karen, qui, comme gérante de son atelier, se verse une rémunération variable selon l'année. "Je gagne, net, entre 1.000 et 2.500 € par mois selon l'activité de l'entreprise." La réparation de motos est un métier de passion plus que d'argent !

Sommaire du dossier
Retour au dossier Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez programmer et coder ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez compter et gérer ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez construire et rénover ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez divertir et animer ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez organiser et planifier ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez rechercher et innover ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez réparer et entretenir ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez soigner et aider ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez transmettre et enseigner ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez vendre et conseiller ?