1. Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez soigner et aider ?
Boîte à outils

Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez soigner et aider ?

Envoyer cet article à un ami
François, 23 ans, infirmier en pneumologie dans un hôpital breton : "Infirmier, c'est donner beaucoup plus que des soins techniques." // © Thierry Pasquet / Signatures pour l'Étudiant
François, 23 ans, infirmier en pneumologie dans un hôpital breton : "Infirmier, c'est donner beaucoup plus que des soins techniques." // © Thierry Pasquet / Signatures pour l'Étudiant

Ce sont 350.000 créations d’emploi qui sont attendues d’ici à 2022 : aides à domicile, aides-soignants et infirmiers seront parmi les métiers qui offriront le plus de postes dans les années à venir, selon les prévisions de France Stratégie.

QUELS MÉTIERS POUR DEMAIN ?

"L'ensemble des professions de soins et d'aide aux personnes fragiles devrait bénéficier d'une forte dynamique de l'emploi... à l'exception de celle des médecins, dont l'évolution dépend du numerus clausus”, note le rapport gouvernemental de France Stratégie.

Le métier d'aide à domicile pourrait devenir celui qui créerait le plus de postes : près de 160.000 (en plus des quelque 550.000 déjà existants). Le vieillissement de la population, le maintien à domicile des personnes âgées, la fragmentation des familles traditionnelles... autant de facteurs qui viennent accroître les besoins en spécialistes des soins et de l'aide aux personnes fragiles.

Un CAP ou un diplôme d'État

Attentionnés, vigilants, ordonnés, réactifs et dotés d'une santé de fer, les professionnels du soin et de l'aide aux personnes peuvent accéder à ces métiers dès le CAP ou un diplôme équivalent comme le diplôme d'État d'auxiliaire de vie sociale. Chargé du bien-être des personnes âgées ou handicapées, l'auxiliaire de vie les aide dans les actes de la vie quotidienne et permet leur maintien à domicile. Le métier, jusque-là accessible aux non-diplômés, se professionnalise à la demande des employeurs : associations d'aide à domicile, entreprises privées, centres communaux d'action sociale.

Le secteur infirmier continue lui aussi d'embaucher. Entre les départs à la retraite et les créations de postes, les emplois à pourvoir concerneraient plus de 200.000 infirmiers à l'horizon 2022. Pour l'exercer, un diplôme d'État de niveau bac+3 est requis, délivré au sein des IFSI (institut de formation aux soins infirmiers), lesquels recrutent sur concours accessible dès le bac.

Autre métier promis à un bel avenir, celui d'assistant(e) maternel(le) : "Leur nombre devrait augmenter plus vite que pour l'ensemble des métiers afin de répondre aux besoins encore insatisfaits de prise en charge des jeunes enfants", estime France Stratégie. Actuellement, seuls 15 % des besoins de garde pour les enfants de moins de 3 ans sont comblés. Ce métier, comme de nombreux autres métiers de terrain (aide à domicile, ambulancier, animateur, travailleur social...), est ouvert à des jeunes peu diplômés. Attention au caractère éprouvant des missions, qui restent faiblement rémunérées.

POUR MOI OU PAS LE SOCIAL ET LE PARAMÉDICAL ?

Pictos vrai Oui si vous êtes rigoureux(se). Il faudra respecter strictement les prescriptions médicales, les règles d'hygiène et les transmissions d'informations aux autres personnels soignants.

Pictos vrai Oui si vous éprouvez de l'intérêt pour les problèmes humains et sociaux rencontrés par les personnes malades, handicapées ou dépendantes. L'envie d'aider les autres doit être une forte motivation.

Pictos vrai Oui si vous êtes attentionné(e). S'il ne faut pas entrer dans une trop forte relation affective avec le patient, le travail ne se limite pas à dispenser les soins techniques.

Pictos vrai Oui si vous êtes en bonne condition physique et si vous avez un bon équilibre psychologique. Les métiers des services à la personne entraînent une importante charge émotionnelle.

IL Y TRAVAILLE DÉJÀ : FRANÇOIS, 23 ANS, INFIRMIER EN PNEUMOLOGIE
Depuis son premier stage de première année d'études d'infirmier, François est confronté à la souffrance, à la maladie, à la fin de vie ou aux situations de crise aux urgences : détresse, alcoolisation... Après son bac, obtenu au lycée Charles-de-Gaulle à Vannes (56), François entame une PACES (première année commune aux études de santé), mais ne réussit pas le concours. "Infirmier, j'y pensais depuis le lycée. Je voulais exercer un métier de relation et d'aide."

En mars 2011, il passe et réussit le concours d'entrée à l'institut de formation en soins infirmiers du CHU (centre hospitalier universitaire) de Nantes (44). Depuis l'obtention de son diplôme, en 2014, François enchaîne les CDD (contrat à durée déterminée) au service des urgences, en réanimation, en cardiologie ou au pôle de nuit en médecine conventionnelle.

"En tant que débutant, j'accepte ce qu'on me propose. C'est l'occasion d'étoffer mes connaissances et mon portefeuille de compétences", estime François. Pour le jeune praticien, le métier demande un gros investissement personnel : "Savoir gérer ses émotions, être proche du patient sans être trop intime... Infirmier, c'est donner beaucoup plus que des soins techniques !"

Sommaire du dossier
Retour au dossier Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez programmer et coder ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez compter et gérer ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez construire et rénover ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez divertir et animer ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez organiser et planifier ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez rechercher et innover ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez réparer et entretenir ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez soigner et aider ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez transmettre et enseigner ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez vendre et conseiller ?