Banque : quels sont les avantages de l'alternance ?

Par Pascale Kroll, publié le 15 Juin 2010
5 min

Quelles formations privilégier quand on vise les métiers de la banque et de la finance ? Vous êtes nombreux à vous sentir perdus face au dédale de cursus existants. Dans le guide les Métiers de la banque et de la finance (éditions l’Etudiant), Pascale Kroll vous aide à y voir plus clair. Extraits.

Rien de mieux que l’alternance pour entrer dans le milieu bancaire. Cette voie est privilégiée par les banques pour recruter de nouveaux collaborateurs. Ainsi, selon le CFPB (Centre de formation de la profession bancaire), 80 % des jeunes diplômés issus d’une formation en alternance sont recrutés en CDI (contrat à durée indéterminée). Quel que soit le niveau de diplôme – du baccalauréat à bac+5 –, si l’alternance vous intéresse, vous devez trouver d’abord l’entreprise qui vous accueillera avant de vous inscrire dans un CFA (centre de formation d’apprentis).

Banques et alternance : une affaire qui marche


Aux dires des banques, l’alternance, tout comme le stage, représente un vivier de recrutement privilégié. Elles essaient donc de favoriser, autant que faire se peut, cette formule afin de favoriser l’employabilité des jeunes, en particulier pour les métiers de commerciaux.

Repérer les futurs collaborateurs. L’alternance présente beaucoup d’avantages. Elle donne aux jeunes une expérience sur le terrain qui leur permet de connaître les métiers et les aide à valider leur choix professionnel. Il est facile pour les entreprises d’évaluer le potentiel du jeune qui suit une formation en alternance. "Nous recrutons de très nombreux stagiaires et contrats d’alternance sur l’ensemble de nos métiers, mais avec une très forte propension pour les métiers commerciaux", note le groupe BPCE. Ce dernier accueille chaque année 1.000 nouveaux contrats en alternance à la Banque populaire et 1.000 dans les Caisses d’épargne. "Les étudiants acquièrent ainsi une expérience opérationnelle qui enrichit leur formation théorique, poursuit-il. Pour nous, c’est l’occasion de faire découvrir nos entreprises et nos activités, ainsi que la diversité de nos métiers. C’est également un moyen très efficace de détecter et former ceux qui seront demain nos futurs collaborateurs."

Une pratique généralisée. Le groupe Crédit agricole accueille 2.200 alternants par an, dont une majorité de commerciaux pour ses caisses régionales de Crédit agricole et LCL. En 2009, BNP Paribas a intégré 800 nouveaux contrats d’apprentissage et de professionnalisation. La Société générale a accueilli pour sa part 1.100 nouveaux alternants et en a 2.100 en gestion. "C’est une bonne voie pour l’intégration en CDI, note de son côté Anne Rayon, responsable du recrutement chez LCL, qui accueille 500 alternants par an. Les conseillers clientèles professionnels et privées sont plus difficiles à intégrer d’emblée au sortir de l’école quand ils n’ont jamais réalisé de stage dans la banque. C’est pourquoi nous privilégions des contrats en alternance sur ces postes, en particulier avec des étudiants en master banque. Cela permet de leur mettre en place un parcours et de mieux faire connaissance." Le jeune est de plus déjà formé à la culture de l’entreprise.


Des débouchés à la clé


Un contrat d’alternance en milieu bancaire vous offre de nombreuses et réelles opportunités. Si l’on s’appuie sur les discours des banques et sur la réalité des embauches effectives, cette formule offre les conditions rêvées pour être embauché : elle prépare à un métier ciblé offrant des débouchés. L’alternance vous permet en outre d’acquérir une double qualification, théorique et pratique. Vous bénéficiez d’une aide afin que votre intégration se passe le mieux possible. Un maître d’apprentissage ou un tuteur est chargé au sein de l’entreprise de vous épauler au quotidien. De plus, vous êtes considéré dès votre recrutement comme un véritable collaborateur de la banque. Pour l’employeur, vous êtes en effet un salarié à part entière, bénéficiant des mêmes avantages que n’importe quel salarié (protection sociale, congés payés, avantages divers, etc.). L’aspect financier n’est pas négligeable. L’alternance vous permet de suivre une formation gratuite et de percevoir une rémunération pendant toute la durée du contrat.


Découvrir très concrètement un secteur


Nicolas Giudicelli, 24 ans, suit un bachelor à l’EGC Méditerranée (niveau bac+3) en alternance avec le Crédit agricole de Corse dans une agence à Porto-Vecchio. Il considère que la formule est la solution la plus efficace pour trouver du travail, être plus rapidement embauché, acquérir une autonomie dans son travail et une indépendance financière. "Après un DUT (Diplôme universitaire technologique) service réseaux et communication, une licence en information et communication et un master en communication Europe et Méditerranée, j’ai cherché à travailler dans une agence de communication. Mais je me suis rendu compte que c’était la banque qui m’intéressait véritablement. J’envisageais pour cela d’intégrer une école de commerce. J’ai alors rencontré une personne à la chambre de commerce et d’industrie de Corse qui m’a fait découvrir le système de l’alternance. Non seulement cela me permettait d’entrer dans le secteur bancaire et d’être opérationnel immédiatement, mais aussi de multiplier les possibilités d’être embauché. En plus, je pouvais être formé tout en étant rémunéré. Je me suis donc inscrit au bachelor de l’EGC. Son système d’alternance sur un temps long (4 mois de cours et 6 mois en entreprise) me convient davantage qu’un système d’alternance sur 1 ou 2 semaines. Il me permet en effet de mieux entrer dans mes dossiers."
 

Les métiers de la banque et de la financePOUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Les métiers de la banque et de la finance", par Pascale Kroll.



Articles les plus lus

A la Une métiers qui recrutent

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !