L'ingénieur lean, chasseur de temps perdu

Par Martin Rhodes, publié le 21 Novembre 2016
3 min

Étudier et améliorer les méthodes de travail à différents niveaux d'une entreprise pour en améliorer la performance : c'est la mission du lean manager. Présentation de cette fonction qui exige sens de l'observation et pragmatisme, extraite du guide “Les Métiers de demain” de Martin Rhodes.

L'ingénieur lean fait constamment la chasse au gaspillage de temps, d'argent et de compétences afin d'améliorer la performance d'une usine, d'une banque ou d'une administration. Dans une usine, par exemple, l'ingénieur peut modifier l'enchaînement des tâches, la place des outils ou des machines. “Je remets perpétuellement en question la méthode de travail pour sans cesse améliorer la compétitivité d'une usine qui conçoit des pièces pour l'aéronautique”, confie Damien, 27 ans, ingénieur lean manufacturing chez Ratier Figeac. Le mot d'ordre du lean manager : le changement.

Un changement ne s'opère pas en un jour. Il faut en moyenne compter six mois pour modifier une cellule de production, c'est-à-dire un ensemble cohérent de cinq à dix postes de travail. Pour changer le processus de fabrication de la manette de gaz du cockpit d'un avion, par exemple, Damien respecte plusieurs étapes. Il commence par analyser le processus dans son ensemble en observant la manière de travailler des techniciens et en organisant des réunions. Puis il se concentre sur chacun des postes de travail. Il se demande notamment si les machines et les outils (tournevis, marteaux) sont correctement placés, s'il est préférable que les pièces se présentent sur un tapis roulant ou dans des caisses, etc. Enfin, Damien s'intéresse à l'approvisionnement en pièces de la cellule entière. Il questionne la fréquence, le stock nécessaire et même la livraison des fournisseurs. Il passe ainsi en revue toute la chaîne de production de la cellule.

Étudiant à l'Institut français de mécanique avancée, Damien a lui-même suivi un conseil qu'il donne à son tour aux étudiants séduits par son métier. “Faites votre sac et partez à l'étranger. Cela permet de sortir de ses habitudes, de s'ouvrir à la nouveauté, de gagner en pragmatisme. C'est justement ce qu'on demande au lean manager”, explique le jeune homme.

• Le mot du métier

“Essayons !” Le lean manager fait des simulations, teste avec ce qui lui tombe sous la main les idées qui lui semblent bonnes.

• La boîte à outils

Du bon sens paysan : être capable de s'adapter en réfléchissant à des solutions concrètes et réalisables.

• La remunération

Les petits nouveaux sur le marché du travail perçoivent un salaire compris entre 35.000 et 40.000 € par an.

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux Éditions de l'Etudiant :
Les Métiers de demain”,
par Martin Rhodes.

Articles les plus lus

A la Une métiers qui recrutent

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !