1. Quel avenir pour les métiers de la police et de la gendarmerie ?
Boîte à outils

Quel avenir pour les métiers de la police et de la gendarmerie ?

Envoyer cet article à un ami

De sans diplôme à bac + 5, la police comme la gendarmerie proposent des opportunités de carrière en mettant l’accent sur la formation et la promotion interne.

Colonel Frédéric Saulnier - métier police et gendarmerie // DRColonel Frédéric Saulnier, chef du bureau du recrutement, des concours et des examens de la gendarmerie nationale

"Nous recrutons à tous les niveaux de diplômes"

"La gendarmerie nationale est un employeur majeur avec 7 000 à 10 000 nouvelles recrues par an. C'est un véritable ascenseur social : on peut commencer sans diplôme comme gendarme adjoint volontaire, puis progresser par concours et recrutements internes jusqu'aux carrières d'officier. Nous recrutons à tous les niveaux de diplôme et recherchons surtout des aptitudes plus que des compétences, mais aussi des capacités techniques nous permettant d'être en adéquation avec les évolutions de notre environnement. Pour le concours de sous-officier de gendarmerie (niveau bac), je conseille de préparer l'entretien devant le jury en étant très clair sur ses motivations et en ayant une bonne connaissance de l'actualité. Pour l'écrit, il s'agit d'un devoir de connaissances générales et c'est toujours un plus de soigner son orthographe. L'épreuve de langue étrangère obligatoire peut faire la différence. Enfin, vous trouverez sur notre site des conseils et vidéos pour préparer les épreuves physiques, les annales des concours précédents et les dates d'inscription en ligne à l'ensemble des concours."

Général Jean-Marc Loubès - métier police et gendarmerie // DRGénéral Jean-Marc Loubès, directeur de l'École des officiers de la gendarmerie nationale

"Nous accueillons des diplômés en histoire, langue, biochimie..."

"Nous formons les officiers tout au long de leur carrière. Notre formation initiale de deux ans est fondée sur le management, ce que nous sommes en train d'officialiser à travers un MBA, en partenariat avec Paris Panthéon-Assas et HEC, accessible dès septembre 2014. La formation académique, basée sur le droit public, est dispensée en collaboration avec Paris Panthéon-Assas ; la formation professionnelle et technique en collaboration avec les écoles militaires. Nos étudiants sont issus des grandes écoles militaires, mais un quart à un tiers d'entre eux sont recrutés sur titres, généralement avec un master 2. Beaucoup viennent du droit, mais nous accueillons aussi des diplômés en histoire, langue, biochimie... une partie des épreuves étant adaptée à leur formation initiale. Notre classe préparatoire intégrée recrute, chaque année, une quinzaine d'étudiants de niveau M2 pour les préparer au concours. Pour la suite du parcours, nous tenons compte des compétences lors de l'entrée en école et des aspirations de chacun."

Commandant fonctionnel Nathalie DurandCommandant fonctionnel Nathalie Durand, chargée de la communication sur les métiers à la Police nationale

"Le nombre de candidats reste stable, celui des postes augmente"

"En 2014, la police nationale recrutera près d’une cinquantaine d’officiers de police (à bac + 3), et autant de commissaires (à bac + 5), par voie de concours interne et externe. Nous ne connaissons pas encore les chiffres pour les gardiens de la paix (niveau bac), mais tous les ans nous recrutons de 1.000 à 2.000 adjoints de sécurité (sans condition de diplôme), en fonction des besoins des départements, et environ 900 cadets de la République. Les cadets de la République sont formés pendant un an au concours interne de gardien de la paix et, reçus ou pas, ils obtiennent le statut d’adjoint de sécurité. Le nombre de candidats reste stable alors que celui des postes augmente, ce qui accroît les chances de réussite. Les épreuves des concours de commissaires et officiers sont fondées sur le droit, celles de gardiens de la paix sur des connaissances générales. Il ne faut pas négliger les épreuves sportives, qui n’ont rien d’insurmontable à condition de s’y être préparé. De même pour le passage devant le jury, qui s’appuie sur l’actualité pour vous proposer des sujets."