1. Quel avenir pour les métiers du transport et de la logistique ?
Boîte à outils

Quel avenir pour les métiers du transport et de la logistique ?

Envoyer cet article à un ami

Commerce électronique, outils informatiques, internationalisation… Les métiers du transport et de la logistique évoluent et sont donc amenés à recruter de jeunes diplômés pour faire face à leurs nouveaux besoins.

Pierre de Surône, métier transportPierre de Surône, directeur du développement et de la communication à l'AFT-IFTIM (Association pour le développement de la formation professionnelle dans le transport qui gère 94 centres de formation en France et propose des diplômes du CAP au bac+6)

"Les entreprises apprécient de plus en plus les diplômés bac+3"

"Les postes se trouvent autant chez les prestataires en logistique que dans les entreprises qui gèrent elles-mêmes leur transport. La pression liée à la gestion des coûts est importante et maintient les besoins en recrutements. En termes de formation, le bac pro logistique représente un premier niveau de diplôme, suivi, par exemple, du BTS (brevet de technicien supérieur) transport et prestations logistiques ou du DUT (diplôme universitaire de technologie( gestion logistique et transport. Ces deux diplômes bac+2 conduisent à des postes opérationnels en entrepôt ou en agence. À l'AFT-IFTIM, une formation très spécialisée, le TESMEL (technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique), permet de devenir responsable d'entrepôt. Si le niveau bac+2 est bien représenté, les entreprises apprécient de plus en plus les diplômés bac+3 : licence professionnelle ou bien titre certifié de REL (responsable en logistique] ou de RPTL (responsable production transport logistique), proposés à l'ISTELI (Institut supérieur du transport et de la logistique internationale). À l'AFT-IFTIM, la formation en alternance est désormais la norme, et la maîtrise de l'anglais est indispensable au fur et à mesure que l'on prend des ­responsabilités."

Nancy Noël, métier transportNancy Noël, responsable du pôle des affaires sociales et juridiques de l'union TLF (Fédération des entreprises de transport et de logistique de France)

"Il y a un fort besoin en management intermédiaire"

"Nos métiers ne sont pas toujours bien connus et pourtant ils sont au cœur de nos vies, puisque c'est le transport en commun de marchandises qui apporte chez nous tous les biens de consommation dont on peut avoir besoin. Le transport routier représente deux tiers des effectifs, et le responsable d'exploitation, poste accessible après un BTS, est très demandé. Côté logistique, il y a un peu moins de métiers en tension, mais on recherche toujours des mécaniciens, capables de gérer la maintenance, l'entretien et la réparation des véhicules. Il y a aussi un fort besoin en management intermédiaire, aussi bien côté transport que logistique, pour des postes de chefs d'équipe, par exemple. Nous recherchons aussi des techniciens avec des compétences en développement informatique, capables d'organiser des livraisons et de développer des fonctions informatiques pour réguler le flux."

Alain Peroni, métier transportsAlain Peroni, directeur associé de jobtransport

"Le développement du e-commerce entraîne celui de la e-logistique"

"Depuis une quinzaine d'années, les entreprises ont pris conscience qu'une bonne maîtrise de leur logistique accroît leur rentabilité et la satisfaction du client. Le secteur est en pleine mutation, le développement du e-commerce entraîne celui de la "e-logistique", qui, en retour, fait évoluer des environnements plus traditionnels, tels que les grandes surfaces qui développent le service de drive-in, par exemple. Un grand nombre de formations de niveau bac+2 existent, qui correspondent aux nombreux besoins commerciaux, en exploitation et de coordination. Une bonne logistique nécessite des supports et des outils informatiques puissants qu'il faut optimiser. Et, dans un environnement international, l'anglais est indispensable ainsi qu'une autre langue – l'espagnol ou le chinois. Cela a conduit les écoles de commerce et d'ingénieurs à créer des spécialisations dédiées à la logistique ou au supply chain."