1. Quelles études pour les métiers du BTP ?
Boîte à outils

Quelles études pour les métiers du BTP ?

Envoyer cet article à un ami
Les femmes sont de plus en plus présentes dans le BTP. // © Fotolia
Les femmes sont de plus en plus présentes dans le BTP. // © Fotolia

Malgré la crise, le BTP continue de recruter des jeunes diplômés, grâce notamment à des départs en retraite massifs. Que ce soit dans le bâtiment (construction d’édifices allant de l’immeuble à l’usine en passant par les maisons) ou dans les travaux publics (routes, ponts, barrages, etc.), on trouve des postes à tous les niveaux de formation, et l'évolution peut être rapide. À une seule condition : faire preuve de motivation.

Du CAP au bac pro : des emplois de terrain

Le BTP est encore l'un des rares secteurs d'activité où l'évolution de carrière est possible. Éric Hordas, aujourd'hui niveleur, a commencé à travailler à 16 ans sur les chantiers en qualité de manœuvre, puis a évolué vers le poste de conducteur d'engins.

Plusieurs CAP (certificat d'aptitude professionnelle) et bacs professionnels permettent d'occuper des postes d'ouvrier. Les formations, accessibles après le collège, se préparent en deux ans (pour le CAP) ou en trois ans (pour le bac pro).

Bac+2 : des postes de technicien

Pour gravir plus vite les échelons, mieux vaut s'orienter directement vers un diplôme de niveau bac+2. Plusieurs BTS (brevet de technicien supérieur) et DUT (diplôme universitaire de technologie), accessibles après un bac scientifique ou technologique (STI2D), sont spécialisés dans le secteur, à l'image des BTS travaux publics ou encore études et économie de la construction.

Ces diplômes permettent d'intégrer directement le marché du travail sur des postes de technicien ou de chef de travaux. Ils offrent aussi la possibilité de poursuivre des études, vers une licence professionnelle (bac+3) ou dans une école d'ingénieurs, avec pour objectif d'obtenir un diplôme bac+5.

Bac+5 : des fonctions à responsabilités

Diplômé de l'école d'ingénieurs EI-CESI, dont il a suivi le cursus en alternance, Grégory Ransilhac a été embauché par Colas en 2013. Grâce à son bac+5 et à l'expérience professionnelle acquise durant son apprentissage, le jeune homme a pu occuper très vite le poste de conducteur de travaux. Son cas n'est pas unique : confronté aux nombreux départs à la retraite, le BTP est à la recherche de jeunes diplômés capables de diriger des équipes.

Quel­ques écoles d'ingénieurs sont spécialisées dans ce secteur, à l'image des ESITC (Caen, Cachan, Metz) ou de l'ESTP, en région parisienne. De nombreuses autres offrent des spécialités en génie civil, par exemple. Certains établissements recrutent après le bac, d'autres après les classes préparatoires aux grandes écoles, ou via les admissions parallèles après un BTS ou un DUT.

Le BTP en chiffres
Le bâtiment emploie en France près de 1,1 million de salariés. Trois quarts d'entre eux ont le statut d'ouvrier. Près de la moitié des chantiers réalisés dans le secteur concerne des bâtiments neufs.

Les travaux publics emploient en France 260.000 salariés. Parmi les 7.800 entreprises du secteur, seules 65 comptent plus de 500 salariés. Les travaux routiers représentent aujourd'hui près de quatre chantiers sur dix. L'Île-de-France, Rhône-Alpes et PACA sont les trois régions les plus dynamiques dans le secteur. De manière générale, 88 % des salariés du BTP sont des hommes. Près de trois sur dix ont entre 25 et 34 ans.

Sources : Observatoire des métiers du BTP ; Fédération nationale des travaux publics.