Devenir ingénieure : Camille, ingénieure chez SD ingénierie

Par Delphine Dauvergne, publié le 24 Février 2015
3 min

Son parcours
2006 : bac S (scientifique)
2006-2013 : double diplôme Paris La Villette – ESTP
2013 : ingénieure travaux chez Vinci construction

Au lycée, Camille est attirée par le domaine de l'architecture pour son côté "créatif". Elle intègre donc l'école Paris La Villette directement après son bac. Son établissement lui propose alors de suivre des cours à l'école d'ingénieurs ESTP pour obtenir un double-diplôme à la fin de son cursus. "J'avais envie de tester, pour m'offrir aussi plus de choix à la sortie de l'école", explique-t-elle.

Un double-cursus intégré

La jeune fille suit en parallèle les cours de la licence d'architecture et ceux du cycle ingénieur conducteur de travaux. "Certaines matières faisaient doublon entre les deux formations, donc je me rendais aux cours les plus importants. Les premières années, j'allais à l'ESTP pour environ 10 heures de cours par semaine", détaille-t-elle.

Puis elle passe ses deux dernières années uniquement à l'ESTP, mais doit plancher sur son projet de fin d'études où l'architecture est aussi sollicitée. Titulaire de son double-diplôme au bout de sept ans, elle ne regrette pas cette double formation. "Au début, le rythme était difficile à gérer. Mais pour ceux qui ont peur de cela, on peut aussi décider d'arrêter le double-diplôme en cours de route."

Ingénieure-architecte : un piège à recruteurs

Aujourd'hui, Camille travaille chez SD ingénierie, un bureau d'études, après avoir été ingénieure travaux chez Vinci construction France. "Il a fallu choisir entre la conception et la technique. J'ai préféré le côté ingénieur, pour voir comment les choses sont façonnées." La jeune femme est chargée de la maîtrise d'œuvre d'exécution sur un chantier de 123 logements. "Pour le compte de Sefri Cime, un promoteur immobilier, je suis l'avancement des travaux et je vérifie la bonne conformité des ouvrages au regard des normes (handicapée, thermique, acoustiques...) et des prescriptions architecturales."

Camille admet que le double-diplôme est "un plus pour comprendre les plans et échanger avec les architectes, mais aussi pour attirer les recruteurs". Cependant, le double-diplôme ne les séduit pas tous : "cela peut aussi leur faire peur, car ils se retrouvent face à un candidat qui possède plusieurs orientations possibles et peut basculer dans son autre spécialité". Un conseil ? Pour convaincre en entretien, on peut mettre en avant "sa capacité de travail à suivre deux cursus exigeants en même temps", propose-t-elle.
 

Retour au sommaire

9 autres façons de devenir ingénieur

 

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une portraits métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !