Portraits de pros

Comment être sûr que les métiers auxquels vous songez vous correspondent ? Un moyen de le savoir : découvrir les coulisses grâce aux témoignages de professionnels dont nous avons tiré le portrait !

Tous les articles

Interview

Martin Hirsch "À 20 ans, j’étais à Normale Sup, en 3e année de médecine et en licence et maîtrise de biochimie"

À 20 ans, Martin Hirsch a trouvé son meilleur antistress : le travail. Le nouveau président de l’Agence du service civique – qu’il a mise en place alors qu’il était haut commissaire à la Jeunesse – suivait alors un triple cursus en médecine, biochimie et à Normale sup. Rencontre avec celui qui se définit comme une preuve vivante de l’inégalité des chances.

La police scientifique, comme dans "Les Experts" ?

"Les Experts" Las Vegas, Manhattan ou Miami cartonnent en tête des audiences télévisuelles. Aucun crime ne leur résiste. Avec leurs technologies de pointe et leur esprit d’analyse, Gil Grissom, Mac Taylor, Horatio Caine et leurs équipes font parler les indices. Sur le terrain ou dans les labos, ils mènent leurs investigations tambour battant. Avec un seul but : faire triompher la vérité. En réalité, comment travaille la police scientifique ? Enquête chez les vrais experts : une journée à l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie.

Métier d’avocat : comme dans les séries télé ?

"Damages," "The practice"... Les séries américaines sur les avocats s'inspirent plus de l'univers de James Ellroy que de celui de Dashiell Hammett. Entre manipulation et abnégation, mensonge et vérité, les idées reçues qui s'appuient sur le principe "avocat du diable versus avocat Robin-des-bois" y sont nombreuses. Les "vrais" professionnels s’y retrouvent-ils ? Enquête auprès du cabinet parisien d'avocats pénalistes Henri Leclerc & Associés.

Michaël Pavan, éducateur de la Protection judiciaire de la jeunesse

Au CPI (centre de placement immédiat) de Saint-Brice-sous-Forêt (95), Michaël Pavan, 38 ans, est l’un des huit éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse. Il encadre une douzaine de jeunes âgés de 15 à 17 ans placés sur décision d’un magistrat. Pour ces primo-délinquants, le placement en CPI constitue soit une transition vers la sortie après un emprisonnement en centre de détention pour mineurs, soit une alternative à la prison, à titre préventif, avant que le mineur soit jugé pour un crime ou un délit. Dans tous les cas, Michaël Pavan joue un rôle décisif pour l’avenir des jeunes qui lui sont confiés.