Métier de l’environnement : chargée de mission développement durable

Par Céline Authemayou, publié le 02 Avril 2013
3 min

Écogarde en parc national, juriste en entreprise ou chargé de mission en collectivité locale : le secteur de l’environnement permet d’exercer des métiers très différents, dans le public comme dans le privé. En voici 5 exemples.

Corinne Duffaud, 32 ans : "Mon rôle ? Conseiller et alerter"

 
Son métier

 

À la mairie de Chambéry (73), Corinne Duffaud est, en quelque sorte, l’ambassadrice de l’environnement. Avec sa collègue du service développement durable, elle sensibilise les agents municipaux ainsi que le reste de la population à l’importance des gestes écocitoyens. Toutes les actions qu’elle mène ont été décidées par les élus et sont organisées dans le cadre de l’Agenda 21, un texte d’orientation voté en conseil municipal et qui court sur plusieurs années.

Actuellement, elle travaille avec le service des espaces verts afin de tenter de réduire l’utilisation des produits chimiques lors des désherbages. Un autre dossier en cours concerne les produits d’entretien, le but étant de ­privilégier les marques écolabellisées. "Les sujets abordés ­peuvent être techniques, juridiques… La diversité des missions et des interlocuteurs est d’une richesse incroyable", se réjouit Corinne Duffaud.

Elle intervient aussi auprès des habitants de Chambéry, en organisant des événements ou en soutenant des projets pédagogiques montés par les écoles. "Nous sommes là avant tout pour conseiller car notre pouvoir de décision est limité. Mais grâce à un travail de veille, nous pouvons alerter les services si une nouvelle réglementation entre en vigueur, par exemple." Dans ce secteur en plein développement, le métier de Corinne Duffaud évolue sans cesse, au gré des nouveaux besoins et des nouveaux projets.

 
Son parcours

 

Depuis l’âge de 10 ans, Corinne Duffaud sait qu’elle travaillera dans l’environnement. Après le bac, elle entre donc à la fac : DEUG (devenu L2) sciences de la vie, licence biologie des organismes, maîtrise (devenu master 1) biologie des populations et des organismes, DESS (devenu master 2 pro) équipement, aménagement et environnement des pays de montagne.

"À ce moment-là, s’est posée la question de la poursuite des études. J’aurais aimé être éthologue, mais continuer jusqu’au doctorat ne m’attirait guère : je voulais me confronter au plus vite au concret." Après une année de recherche d’emploi, elle est engagée en 2004 au service développement durable de la mairie de Chambéry. Deux ans après, elle réussit le concours d’ingénieur territorial et de­vient chargée de mission.
  

Ses conseils
  

"Pour se lancer dans ce métier, mieux vaut avoir le sens du relationnel. Il faut savoir écouter, comprendre les contraintes de chacun et faire preuve de souplesse. Car le but est d’arriver à un compromis satisfaisant pour tout le monde."

 
Le salaire
  

Entre 2.400 € et 3.000 € brut par mois.

Articles les plus lus

A la Une portraits métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !