1. Armée de l’air : les recrutements s'envolent
Portrait

Armée de l’air : les recrutements s'envolent

Envoyer cet article à un ami

Ça recrute à l’armée de l’air ! Des pilotes de chasse et des contrôleurs aériens, bien sûr. Mais aussi des mécaniciens, des pompiers et des informaticiens, tous "aviateurs". Près de 3.500 postes sont à pourvoir d'ici fin 2019.

© BA118/Bernard Hennequin.

"Les jeunes ont souvent une image élitiste de l'armée de l'air et ils se mettent en tête qu'ils n'y arriveront pas, mais la réalité est très différente", annonce d'entrée Thierry Gouaichault, chef du recrutement de l'armée de l'air. De fait, pas moins d'une cinquantaine de métiers différents compose le corps aérien : des ingénieurs en aéronautique certes, mais aussi des infirmiers, des cuisiniers, des interprètes, des météorologistes, des logisticiens ou encore des chargés de communication. Pas besoin d'être pilote, donc, pour entrer dans l'armée de l'air. "Et nous formons toutes les recrues en interne", précise le recruteur.

Un cadre et des valeurs

"Pour faire voler nos avions, il faut tout une armée", scandait la dernière campagne de communication de l'armée de l'air. Mais si tous les métiers sont interdépendants, cela n'empêche pas l'organisation militaire d'être extrêmement pyramidale.

C'est le grade, affiché sur l'uniforme, qui indique la position dans la hiérarchie. Dans l'ordre croissant : militaire technicien de l'air (aviateur, caporal, caporal-chef), sous-officier (sergent, sergent-chef, adjudant, adjudant-chef, major) et officier (aspirant, sous-lieutenant, lieutenant, capitaine, commandant, lieutenant-colonel, colonel, général).

"L'armée fixe un cadre qui manque souvent à la jeunesse d'aujourd'hui", argue le colonel Gouaichault. À la manière des grandes entreprises, l'armée de l'air affiche ainsi fièrement ses valeurs : "Respect, intégrité, service et excellence". Auxquelles on peut ajouter une grande discipline !

Un engagement à ne pas prendre à la légère

Mais avant d'envisager de servir dans les forces armées françaises, vous devez être conscient de ce qu'un tel engagement implique. "Pour protéger les intérêts de la France, il faudra soit défendre, soit attaquer lors de conflits militaires, parfois jusqu'au péril de la vie", insiste le chef de recrutement. Il est donc nécessaire d'être prêt à vivre cette expérience.

Et quel que soit le métier, il est indispensable d'être sportif. "Sans une bonne condition physique, il peut être difficile de garder le moral durant les missions."

Plus de 3.500 recrutements

Pour préparer son avenir, l'armée de l'air va recruter plus de 3.500 personnes en 2019. Dans le détail : 370 officiers, 1.428 sous-officiers et 1565 techniciens de l'air. De quoi donner des ailes à bon nombre de candidats, tous niveaux d'études confondus.

5 métiers phares de l'armée de l'air

Direction la base aérienne de Mont-de-Marsan (40), où l'Etudiant a rencontré en 2017 plusieurs de ces professionnels au quotidien plutôt hors du commun.

Métiers de l'armée de l'air // © SIRPAAir /Cyril Amboise
Rencontre avec un pilote de chasse.
Armée de l'air - Métier contrôle défense aérienne // © Marie-Anne Nourry
Rencontre avec un contrôleur de défense aérienne.
Armée de l'air - Métier mécanicien navigant // © Marie-Anne Nourry
Rencontre avec un mécanicien navigant.
Armée de l'air - Métier météorologiste // © Marie-Anne Nourry
Rencontre avec un météorologiste.
Armée de l'air - Métier tireur d'élite // © SIRPAAir/ Cyril Ambroise
Rencontre avec un tireur d'élite.

Des formations "maison"
L'armée de l'air forme tous ses soldats. Ouverts aux 17-25 ans, les recrutements s'effectuent à partir de 3e pour les militaires techniciens de l'air, du baccalauréat pour les sous-officiers et de la prépa pour les officiers. S'ensuivent des formations internes de trois mois à trois ans au CFME (Centre de formation militaire élémentaire), à l'EFSOAA (École de formation des sous-officiers de l'armée de l'air) ou à l'EOAA (École d'officiers de l'armée de l'air), durant lesquelles les élèves perçoivent une rémunération. À la clé, un diplôme et un contrat de quatre à huit ans, selon le statut, avec la possibilité de passer militaire de carrière, après quelques années de services. Grâce aux concours et à la sélection internes, les techniciens de l'air peuvent devenir sous-officiers, et les sous-officiers devenir officiers. Enfin, une reconversion dans le civil est tout à fait envisageable, à la fin de la période d'engagement, notamment dans l'industrie aéronautique. 

L'armée de l'air et les femmes
L'armée de l'air est la plus féminisée des trois armées, avec 22 % de femmes. Y compris parmi les pilotes de chasse, dernier bastion à être tombé ! Contrairement au privé, les salaires sont les mêmes pour les hommes et les femmes, et la seule différence se situe au moment de la sélection, sur les épreuves sportives.

Sommaire du dossier
Métiers de l’armée de l’air : pilote de chasse Métiers de l’armée de l’air : contrôleur de défense aérienne Métiers de l’armée de l’air : mécanicien navigant Métiers de l’armée de l’air : météorologiste Métiers de l’armée de l’air : tireur d’élite