1. Assistant(e) de manager : six façons d’augmenter ses chances de décrocher un premier emploi
Coaching

Assistant(e) de manager : six façons d’augmenter ses chances de décrocher un premier emploi

Envoyer cet article à un ami
Nos conseils de pros pour mettre toutes les chances de votre côté et trouver un emploi dans l'assistanat. // © Phovoir
Nos conseils de pros pour mettre toutes les chances de votre côté et trouver un emploi dans l'assistanat. // © Phovoir

Dans le domaine de l’assistanat comme dans bon nombre d’autres, les candidats sont plus nombreux que les postes. Conseils de pros pour mettre toutes les chances de votre côté.

Étudiez les profils de postes, au-delà de l'intitulé

Si le bac+2, et en particulier le BTS "assistant de manager", est la voie classique pour trouver un emploi dans l'assistanat, l'appellation exacte n'apparaît pas forcément dans les profils de postes correspondants. Il a fallu une quinzaine d'années pour passer de "secrétaire" à "assistant" dans le langage courant mais certaines entreprises recrutent encore sur ces intitulés. Elisabeth Durand-Mirtain conseille de ne pas se focaliser sur la manière dont on appelle le métier, pour s'intéresser plutôt au fond. "Je sais ce que je suis parce que je sais ce que je fais", résume cette ancienne assistante de DRH, aujourd'hui formatrice et conférencière indépendante. En résumé, quelle que soit l'appellation, c'est le profil du poste qui compte. 

Privilégiez l'alternance

Ne vous attendez pas à être recruté(e) sur un poste d'assistant(e) de haut-dirigeant ou de grand patron au lendemain de votre diplôme. Certaines fonctions demandent de l'expérience, donc du temps. Une bonne raison pour commencer sans attendre d'avoir décroché votre BTS. "Il est plus facile de devenir assistant de direction ou assistant de manager quand on a acquis deux ans d'expérience en préparant son BTS en apprentissage", prévient Patricia Patrouillault, responsable de la filière assistanat à la CCI du Maine-et-Loire.

Découvrez l'entreprise pendant les études

Ceux qui n'ont pas fait le choix de l'alternance, n'ont parfois d'autre expérience professionnelle que le baby-sitting. "La connaissance de l'entreprise est un vrai plus, prévient Shirley Maffre, responsable d'agence chez Progressis (cabinet de travail temporaire et permanent spécialisé dans les métiers de l'assistanat). Elle conseille de profiter de l'été pour travailler en entreprise.

Ne négligez pas la voie de l'intérim

Si ce BTS - parfois complété par une année de licence professionnelle - reste la voie classique pour devenir assistant(e) de manager, ce n'est pas la seule. Elodie, assistante de direction et chargée des services généraux chez Viadeo depuis deux ans, a débuté dans le métier par des missions en intérim pendant ses deux années de droit à la fac.

Au cas où votre emploi du temps d'étudiant ne vous permet pas d'envisager l'intérim en parallèle, vous pouvez toujours passer la porte d'une agence une fois votre BTS en poche. Le travail en intérim reste un bon moyen d'accumuler des expériences variées et de découvrir différents milieux professionnels. Et d'éviter de vous entendre dire que vous manquez d'expérience !

Work on your english...

L'anglais est indispensable. Un bon niveau d'anglais est attendu, y compris si vous n'avez pas forcément besoin de le parler ensuite dans le cadre de vos fonctions. L'allemand est la deuxième langue vivante étrangère la plus demandée par les recruteurs. Plus rarement apprises dans le cursus scolaire, l'arabe et le chinois ne ressortent qu'à la marge dans les offres des recruteurs.

Soyez souple

Si la licence professionnelle ou une spécialisation peuvent être préférées pour certains postes, pour bon nombre de recruteurs avoir une licence n'est pas forcément un plus par rapport au BTS. "Se spécialiser, en marketing par exemple, c'est aussi prendre le risque d'être étiqueté, comme on a tendance à le faire en France", prévient la responsable d'agence. Pour accéder à un premier emploi d'assistant(e), mieux vaut faire preuve de souplesse et de curiosité dans votre recherche d'emploi. Ne bloquez pas sur un secteur d'activité en particulier.

À quel salaire peut-on prétendre ?

Côté salaire pour un premier poste, la fourchette habituelle tourne autour de 21-22 K€ brut. Vous pourrez débuter autour de 24 K€ brut si vous avez engrangé un peu d'expérience, en choisissant la voie de l'apprentissage notamment.
Selon la convention collective dont vous dépendrez, votre salaire pourra être plus élevé. Marie, jeune assistante de direction, en poste depuis un an chez un architecte parisien, a été embauchée à 2.400 euros brut par mois. Elle dépend de la convention collective des architectes.
Si assister le haut-dirigeant d'une grande entreprise vous tente, cela devient généralement possible après 8 à 10 ans d'expérience professionnelle. Dans ce cas, le salaire se situe entre 3.000 et 4.000 euros net par mois.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Assistant(e) de manager : six façons d’augmenter ses chances de décrocher un premier emploi Élodie, assistante de direction : "La bonne humeur au travail est essentielle" Clara, assistante de direction au service communication des Mines de Nantes : "Je ne gère pas que l’administratif, j’ai des dossiers spécifiques" Stéphanie, assistante de direction dans un centre de cancérologie : "Je me sens utile et mon travail est de plus en plus intéressant"