Dorian, analyste statisticien chez Sarenza : "Mieux connaître les clients pour orienter la stratégie marketing"

Par Céline Authemayou, publié le 15 Mars 2013
3 min

Phénomène de mode ou évolution technologique profonde ? Le Big Data est devenu en quelques mois une préoccupation majeure dans de nombreuses entreprises. Face à la profusion de données numériques produites à travers le monde, les besoins en compétences sont nombreux. Ils concernent la gestion de ces données, mais aussi l’analyse et la communication de ces informations. Autant de fonctions qui devraient largement recruter.

Mathématicien de formation, Dorian travaille pour Sarenza depuis 2011. Tous les jours, il plonge au cœur de la base de données du site marchand pour en extraire des informations susceptibles d'orienter la stratégie marketing de l'entreprise.

Son métier

600 marques de chaussures et de sacs, 35.000 modèles, 1 million de produits en stock... Depuis son lancement en 2005, le site de commerce Sarenza est devenu une référence dans le secteur de la vente en ligne de chaussures. Chaque jour, des milliers d'internautes surfent sur le site, à la recherche de bonnes affaires. De l'autre côté de la machine, face à ses écrans, Dorian Abdollahi observe de près tous ces mouvements. Ce jeune homme de 25 ans est analyste statisticien.

Lorsqu'il a rejoint Sarenza en 2011, Dorian a dû revoir toute la certification du site pour lutter contre les commandes frauduleuses. "À l'époque, toutes les règles avaient été établies à la main et ne se basaient pas sur des données statistiques, constate le jeune analyste. Il a donc fallu que je construise un arbre de certification établi grâce à des algorithmes."

Cette extraction de connaissances à partir de données, appelée "data mining", est aujourd'hui pour le site Web un véritable enjeu commercial. "Outre la lutte contre les fraudes, cette technique permet de mieux connaître les clients et d'orienter ainsi la stratégie marketing de la société."

Le choix des bonnes données

Première étape du travail de Dorian : le choix des informations. "Âge, sexe, détails des commandes, lieu de connexion... Je vais sur la base de données de Sarenza et je sélectionne les chiffres qui m'intéressent." Ces préparatifs représentent en moyenne la moitié de son travail.

"Il faut choisir les informations les plus pertinentes et créer des tableaux à l'aide de langages informatiques pour les mettre en forme." Grâce au data mining, les données peuvent être combinées, et les analyses de Dorian gagnent ainsi en précision. "C'est tout l'intérêt de la démarche", souligne le statisticien, qui peut travailler de quelques jours à quatre mois à l'élaboration d'une solution.

Son parcours

Un baccalauréat scientifique en poche, Dorian s'est orienté vers l'université. Après une licence mathématiques-informatique obtenue à Paris 7, il a décroché en 2011 un master 2 modélisation aléatoire. "Depuis l'école primaire, les maths m'ont toujours intéressé, raconte-t-il. Au fil de mon cursus, mes goûts se sont affinés. Ce que j'aime dans les statistiques, c'est la possibilité d'appliquer la théorie à des cas très pratiques. J'ai besoin d'avoir une vision concrète des choses pour avancer." Durant son M2, Dorian réalise son stage de fin d'études chez Sarenza. Au bout de quelques mois, le site Internet lui propose un poste. Il est aujourd'hui le seul analyste statisticien à travailler au sein de la société.

Ses conseils

"Aimer les mathématiques est indispensable, mais il faut également être ouvert à l'utilisation d'outils informatiques. En réalité, ce métier fait appel à une double compétence, associant maths et informatique."

Son salaire

Entre 30.000 € et 40.000 € brut par an, en début de carrière.

Articles les plus lus

A la Une portraits métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !