1. Benoît, ingénieur dans le numérique : comment il aide les malvoyants grâce à la réalité augmentée
Portrait

Benoît, ingénieur dans le numérique : comment il aide les malvoyants grâce à la réalité augmentée

Envoyer cet article à un ami
Benoît : “J’ai présenté mon projet de lunettes destinées aux personnes malvoyantes et Laster a décidé de me soutenir.” // © zir
Benoît : “J’ai présenté mon projet de lunettes destinées aux personnes malvoyantes et Laster a décidé de me soutenir.” // © zir

Diplômé de la filière optique et vision industrielle de Télécom Saint-Étienne après un bac STL et un BTS opticien-lunetier, ce jeune ingénieur embauché chez Laster Technologies mène désormais une thèse. Son projet ? Créer des lunettes permettant d’accompagner les personnes malvoyantes dans leur vie quotidienne.

Son métier

Se servir des nouvelles technologies pour proposer une aide aux personnes malvoyantes, c'est le projet de Benoît, jeune ingénieur salarié de la petite entreprise Laster Technologies. En région parisienne, les équipes de la société travaillent à l'intégration de la réalité augmentée dans différents supports, des lunettes aux masques, en passant par les smartphones. Avec pour clients Google, Thalès ou Microsoft, les carnets de commandes sont remplis pour les trois prochaines années !

Dans le cadre d'une thèse CIFRE (doctorat préparé au sein d'une entreprise durant trois ans), Benoît consacre son travail à un projet bien précis : la création de lunettes permettant d'accompagner les personnes malvoyantes dans leur vie quotidienne. Grâce à la réalité augmentée, qui permet de superposer un univers en trois dimensions à la vision "réelle" d'un objet, le jeune ingénieur cherche à afficher des informations importantes – matérialisation de marches, d'une porte par exemple – sur le verre des lunettes. "Ce type de recherche peut prendre entre trois et cinq ans, explique Benoît. D'autant que je travaille avec des patients, du personnel médical, et que les contraintes réglementaires dans ce secteur sont très fortes."

Le jeune homme travaille en collaboration étroite avec ses collègues spécialistes en optique, électronique, mécanique, informatique. Il est chef de son propre projet et doit donc, à ce titre, prendre ses propres décisions. "C'est la partie intéressante du métier d'ingénieur, avoue le jeune homme. Il faut jouer le rôle d'interface, tout en gérant les imprévus."

Dans le monde de demain...

"L'information nous suit, constate Benoît. Désormais, nous l'aurons dans les oreilles et devant les yeux, ce qui permettra un autre type d'interaction avec notre environnement." Mais l'ingénieur reconnaît que "trop d'information peut tuer l'information". À chaque ingénieur de prendre en compte cette donnée-là pour ne pas noyer le consommateur sous la masse de données.

Son parcours

Après avoir décroché son bac STL (sciences et technologies de laboratoire), Benoît a fait un BTS (brevet de technicien supérieur) opticien-lunetier. Il est entré ensuite à Télécom Saint-Étienne (42), filière optique et vision industrielle. Diplômé en 2010, il est alors entré en contact avec Laster Technologies. “Je connaissais les travaux de l’entreprise en matière de technologies numériques d’affichage. J’ai présenté mon projet de lunettes destinées aux personnes malvoyantes et Laster a décidé de me soutenir.”En 2011, Benoît a signé avec l’entreprise un contrat CIFRE : pendant trois ans, l’ingénieur préparera une thèse sur son projet personnel et sera rémunéré par Laster. Cette période se terminera début 2014. Le jeune homme sera alors docteur. L’entreprise lui a déjà fait signer un CDI (contrat à durée indéterminée).

Ses conseils

"Grâce à mon BTS, à ma spécialisation en école d'ingénieurs et à mon expérience professionnelle, j'ai pu me démarquer de mes camarades. Je pense qu'il est important de personnaliser son parcours et de le rendre unique aux yeux des employeurs."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Aurélie, ingénieure dans la robotique : comment elle invente un exosquelette Clément, ingénieur dans le développement durable : comment il améliore le bilan carbone des entreprises Benoît, ingénieur dans le numérique : comment il aide les malvoyants grâce à la réalité augmentée Laurent, ingénieur dans l’énergie : comment il transforme les déchets en carburant François, ingénieur en informatique : comment il veille à la sécurité des réseaux Damien, ingénieur dans l’automobile : comment il imagine des voitures moins polluantes