Cinéma, audiovisuel : les parcours de jeunes talents

publié le 24 Avril 2012
3 min

Ils ont entre 25 et 30 ans, travaillent depuis trois à cinq ans dans le cinéma et l’audiovisuel. Ils nous racontent leur quotidien, les études qu’ils ont suivies et leurs débuts.

Son métier
Agnès manage actuellement une équipe de 6 accessoiristes pour la série "Scènes de ménage", sur M6. "L’accessoiriste s’assure de la bonne livraison de tous les objets manipulés par les comédiens (verre, cigarette, nourriture…) et de certains effets ­spéciaux comme la fumée, la pluie, le vent. Ce métier exige d’être débrouillard, astucieux et bricoleur."

Son parcours d'études
Agnès a suivi la formation montage de l’ESEC (École supérieure d’études cinématographiques), à Paris, dont elle est sortie diplômée en 2003.

Ses débuts dans le métier
C’est grâce à l’école qu’elle décroche sa première mission de montage dans l’émission "la Carte au trésor", sur France 3. Mais, progressivement, elle s’aperçoit que le côté trop solitaire et isolé du montage ne lui convient pas. "Je passais des nuits entières seule en cabine de montage tout en enchaînant les cafés. Je me suis rendu compte que j’avais besoin de bouger et de rencontrer des gens." La jeune femme se réoriente alors dans la décoration de plateau, en se spécialisant, sur le tas, à l’occasion d’expériences sur des courts-métrages.

Ce que sa formation lui a apporté
"Même si l’école ne m’a pas formée à la décoration, l’apprentissage du logiciel de montage Final cut pro et ­surtout de Photoshop m’a été très utile. J’utilise encore Photoshop pour réaliser de fausses marques ou de faux magazines que j’utilise énormément sur le tournage de "Scènes de ménage". J’ai aussi apprécié l’apport théorique de la formation. Les cours d’histoire ou de philosophie du cinéma donnent de la profondeur à ses propres connaissances et aident à avoir un regard plus analytique sur tous les aspects de la mise en scène."

Son conseil
"Si vous visez la décoration, mieux vaut passer par une formation spécialisée comme l’école Boulle ou les Beaux-Arts. Par ailleurs, et dans une école de cinéma, il faut s’impliquer vraiment pour recevoir des propositions intéressantes. À l’ESEC, j’ai vu des élèves rester sur la touche car ils n’étaient pas assez motivés."
 
Mathieu Oui
Avril 2012
En savoir plus

LES FORMATIONS
Cinéma et audiovisuel : les formations des écoles comparées
Cinéma, audiovisuel : les formations universitaires au banc d'essai

LES MÉTIERS
Réalisateur TV
Journaliste reporter d'images
Journaliste radio

LIBRAIRIE
Les métiers du cinéma
Les métiers de l'audiovisuel

VIDÉO
Journaliste reporter d'images
Journaliste radio
Réalisateur d'émission de télé

Articles les plus lus

A la Une portraits métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !