1. Fonction commerciale : 5 idées reçues sur un métier qui recrute

Fonction commerciale : 5 idées reçues sur un métier qui recrute

Envoyer cet article à un ami

Peu valorisant, stressant, salaires fixes au rabais…. L’image tenace du "commercial VRP" est plutôt mal perçue des étudiants, notamment ceux des écoles de commerce, qui lui préfèrent souvent les fonctions liées au marketing. Pourtant, le métier recrute - plus de 70.000 embauches prévues sur 2011 – et peut offrir quelques avantages.

"Personne ne veut y aller !". Le constat de faible attractivité du métier de commercial déploré par Lionel Bobot, professeur de négociation à Négocia, est formel. De telles fonctions ne font guère rêver la plupart des étudiants et jeunes diplômés en commerce. Pourtant, des armées de commerciaux vont être recrutées en 2011. Pôle Emploi* prévoit 30.000 embauches d'attachés commerciaux. Et du côté des cadres, l'Apec** a annoncé 40.000 recrutements, soit une hausse de 23% par rapport à l’année précédente.

La banque et l'assurance arrivent en tête des employeurs, avec des besoins considérables de main-d'œuvre diplômée d'un bac+2/3 pour gérer les comptes les particuliers, mais aussi d'un bac+5 pour les comptes entreprises. Mais près de la moitié de ces postes risque d'être difficile à pourvoir tant les jeunes y vont à reculons.

Même constat dans les entreprises de B to B, comme Würth, jugées moins "sexys" par les candidats. De nombreux postes restent toutefois à prendre dans les entreprises préférées des étudiants, où le commercial est souvent l'unique voie d'accès en début de carrière. Loin devant le marketing !

Pour aider les étudiants à choisir –ou pas – le métier en toutes connaissances de cause, nous avons voulu tester, auprès des principaux intéressés, 5 idées reçues sur les fonctions commerciales.

Idée reçue n°1 : Être commercial, c’est passer son temps à baratiner
Idée reçue n°2 : Être commercial, c’est être mal payé
Idée reçue n°3 : Le commercial, c'est moins stratégique pour l’entreprise que le marketing
Idée reçue n°4 : Être commercial, c’est être sous pression en permanenc
Idée reçue n°5 : Être commercial, ce n’est pas un métier passion
* Enquête Besoins en main-d'œuvre 2011
** Panel Apec entreprise 2011
Marie-Anne Nourry
Sommaire du dossier
Idée reçue n°1 : "Être commercial, c’est passer son temps à baratiner" Idée reçue n°2 : "Être commercial, c’est être mal payé" Idée reçue n°3 : "Le commercial, c'est moins stratégique pour l’entreprise que le marketing" Idée reçue n°4 : "Être commercial, c’est être sous pression en permanence" Idée reçue n°5 : "Être commercial, ce n’est pas un métier passion"