1. André Manoukian : "A 20 ans, j'étais guichetier à la banque le jour et pianiste dans un cabaret le soir"

André Manoukian : "A 20 ans, j'étais guichetier à la banque le jour et pianiste dans un cabaret le soir"

Envoyer cet article à un ami
andre manoukianA 18 ans, André Manoukian vit en couple et travaille. A 20 ans, il file aux Etats-Unis. Direction le Berklee College of Music de Boston, une des meilleures écoles mondiales de musique en général et de jazz en particulier. Rencontre avec un vrai timide qui se cache derrière sa tchatche. Définitivement du "côté féminin de la force".

Souvenirs de lycée
André Manoukian passe ses années lycée à Lyon.
Il prend en grippe certaines matières de son bac C (désormais bac S) mais tombe sous le charme de ses "camarades" de classe.




A part la littérature, le musicien n’a pas vécu de rencontre fulgurante avec une matière. Côté profs, trois l'ont particulièrement marqué, dont une prof d’anglais, "limite borderline", à l'image du personnage de prof du film Le Cercle des poètes disparus.



Après le bac
André Manoukian s’inscrit d’abord en médecine, pour faire plaisir à son père. Il se cherche et finit par se trouver pendant un cours d'anatomie. Mais tout ne se passe pas exactement comme il avait souhaité…




La banque le jour - un job trouvé par son père – dans un cabaret le soir, André Manoukian tombe sur une petite annonce qui va changer sa vie personnelle… et professionnelle.



Vers les Etats-Unis
Les préceptes de 68 le mènent au chagrin d’amour et au départ. Direction Boston et la Berklee School of Music, qui a tout pour la musique, sa musique : le jazz. Le plus beau souvenir musical de sa vie.



A Berklee, l’enseignement de la musique, très différent de celui qu’il a connu en France répond enfin à la question que se pose André Manoukian : comment fait on pour improviser ? Le musicien découvre un autre esprit, une autre pédagogie, celle du verre à moitié plein.




Vivre sa passion
Retour en France, à Lyon. André Manoukian cachetonne, côté musique.
C’est à cette époque qu’il rencontre Pierre Drevet, trompettiste, avec qui il monte son premier groupe : Horn Stuff.





A la même époque André Manoukian, qui estime ne pas faire la différence entre Steevie Wonder et Sheila, fait une rencontre déterminante avec la voix dElisabeth Kantomanou, chanteuse de jazz. Depuis, pour lui, la voix féminine et grave est le plus bel instrument du monde.




CONSEILS D'ANDRE MANOUKIAN AUX JEUNES MUSICIENS ET CHANTEURS

Membre du jury de la Nouvelle Star depuis 2004, André Manoukian n’est pas avare de conseils aux jeunes musiciens. Travailler la musique, évidemment, mais pas seulement...




Quelques pistes pour trouver son style, un élément essentiel, capable de différencier un bon chanteur d’un talent, qui a un "vrai truc".
Attention ! L'envie de connaître votre quart d’heure de gloire à la télévision ne suffit pas.



BIOGRAPHIE

1957 : naissance le 9 avril à Lyon
1966 : joue ses premières Inventions de Bach au piano
1970 : découvre Fats Waller et le jazz
1975 : - décroche son bac C (actuel bac S) à Lyon
- entame une 1ere année de médecine
1976 : arrête des études de musicologie et travaille dans une banque
1977 : gagne sa vie comme démonstrateur d'orgue dans les supermarchés
1978 : vit son premier chagrin d'amour et part étudier pendant un an au Berklee Collège of Music de Boston
1980 : crée son premier big band, Horn Stuff, à Lyon.
1983 : compose les succès qui révèlent Liane Foly
2002 : sortie de Yellow Daffodils, premier album de Malia avec qui il travaille depuis.
2004 : devient membre du jury de La Nouvelle Star sur M6
2008 :- sortie d’Inkala, premier album du trio qu’il forme avec Laurent Robin (batterie) et Christophe Walleme (contrebasse)
- parution de La mécanique des fluides, Éditions Michel Lafon, Paris
2010 : - sortie de l'album de reprises de chansons d'amour du jazz : So in love
- parution de Deleuze, Sheila et moi, Editions Calmann-Levy, Paris
- crée le Cosmojazz Festival, premier festival de jazz de Chamonix (74)

> André Manoukian est en concert le 11 septembre 2010 à La Cigale à Paris avec Anaïs, Tété, Benjamin Siksou, Camélia Jordana, Héléna Noguerra et China Moses.

Propos recueillis par Isabelle Maradan
Juillet 2010