1. Jérôme Dupuy, collaborateur parlementaire : "Dans l’hémicycle de l’Assemblée, on voit battre le cœur de la République"

Jérôme Dupuy, collaborateur parlementaire : "Dans l’hémicycle de l’Assemblée, on voit battre le cœur de la République"

Envoyer cet article à un ami

A 21 ans, Jérôme Dupuy, est depuis quelques mois collaborateur parlementaire d'une députée à l’Assemblée nationale.

collaborateur parlementaireSon parcours. Fasciné par la politique dès son adolescence, Jérôme Dupuy passe des heures, vissé devant l’écran de télévision, à regarder des hommes d’Etat débattre et dévore tous les articles de journaux qui lui tombent sous la main. Aucun tract ne lui échappe. A 18 ans, il réussit le concours de l’IEP d’Aix-en-Provence. Dès la deuxième année, il choisit la spécialité "carrières publiques". Une évidence. En septembre 2008, il entame un stage, prévu dans son cursus de cinq ans, au groupe UMP à l’Assemblée nationale. Il seconde la chargée aux affaires sociales et se forme à différentes tâches (travail législatif, secrétariat, éditos pour le site Internet du groupe). En janvier dernier, il est recruté pour assister la députée Chantal Bourragué.

Ses missions. Salarié (à mi-temps) de la parlementaire UMP de Gironde, il a des missions très variables. Basé à Paris, il est chargé de la gestion des contacts liés à la circonscription de l’élu et de son emploi du temps. Parallèlement, il fournit un travail plus technique (notes de synthèse et propositions de loi).

Sa vocation. "Le 21 avril 2002, j’ai pris conscience de l’importance de la vie citoyenne et du vote. J’ai eu envie de prendre mes responsabilités et de m’investir dans des missions de service public."

Son quotidien. "Jusqu’à la fin du mois de février 2009, je consacre trois jours au groupe UMP et le reste de la semaine à Chantal Bourragué. Ensuite, je travaillerai uniquement pour la parlementaire."

Son conseil. "Mon stage à l’Assemblée nationale est une étape déterminante qui m’a beaucoup changé. On observe des phénomènes insoupçonnables de l’extérieur. Dans l’hémicycle, on voit battre le cœur de la République. Cette expérience, que je recommande, m’a donné le sentiment d’être légitime et, pourquoi pas, de prétendre à des fonctions électives."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Thibault Bazin, jeune élu de Meurthe et Moselle : "Quand on est maire, c’est 24 heures sur 24" Damien Abad, chargé d’études à l’Assemblée nationale : "Il faut s’engager ! Mais attention à être intégré dans le processus de décision du parti" Jérôme Dupuy, collaborateur parlementaire : "Dans l’hémicycle de l’Assemblée, on voit battre le cœur de la République"