1. Travailler dans une station de ski : 6 pros racontent
Témoignage

Travailler dans une station de ski : 6 pros racontent

Envoyer cet article à un ami
La montagne, un milieu magnifique et hostile, riche en professions pour passionnés. // © zir
La montagne, un milieu magnifique et hostile, riche en professions pour passionnés. // © zir

Ils sont dameurs, secouristes, moniteurs… Durant l’hiver, des dizaines de professionnels travaillent au cœur des stations de ski pour assurer aux touristes des conditions de glisse idéales. Reportage à l’Alpe d’Huez, en Isère (38), où six hommes et femmes évoquent leur métier et leur parcours.

Au sommaire de ce dossier :

L'Alpe d'Huez : dans les coulisses de la glisse
Comment réussir à faire fonctionner une station de ski 24 heures sur 24, sept jours sur sept, dans des conditions de sécurité et de service optimales ? Découvrez les coulisses de l'Alpe d'Huez, où de début décembre à fin avril, les pistes font le plein de touristes.

- Maud Baiocco, monitrice de ski : "Le niveau technique exigé est très élevé"
Au cœur de la station ou sur les pistes, ils sont reconnaissables entre mille. Les 300 moniteurs de l'Ecole du ski français arborent tous la même tenue de travail : une combinaison d'un rouge éclatant, estampillée ESF sur le dos. Parmi eux, Maud, 29 ans, qui en est à sa onzième saison à l'Alpe d'Huez.

- Julien Bastard-Rosset, dameur : "Au-delà de 2.500 mètres, aucune nuit ne se ressemble"
Chaque nuit, Julien Bastard-Rosset, 27 ans, conduit sa dameuse sur les pistes de l'Alpe d'Huez. Son rôle : assurer aux skieurs la meilleure qualité de neige possible. Son outil pour y parvenir : un monstre de plusieurs tonnes monté sur chenillettes qu'il faut apprendre à dompter.

- Yann Carrel, directeur technique et d'exploitation des remontées mécaniques : "Le challenge : dompter les contraintes météo"
Sans les remontées mécaniques, pas de skieurs. Et pour les entretenir, Yann Carrel, 38 ans, à la tête d'une équipe de plus d'une centaine de personnes. Son rôle ? Organiser le travail, planifier les opérations de maintenance, vérifier le respect des normes... Un job où la rigueur est indispensable.

- Florian Mugnier, nivoculteur : "Des normes environnementales très strictes"
Dans le métier, on les appelle les "snowmakers", les fabricants de neige. Florian, 25 ans, est l'un des sept nivoculteurs de l'Alpe d'Huez. À lui et ses collègues de créer une neige artificielle grâce à un savant mélange d'eau et d'air.

- Nathalie Tairraz, pisteur-secouriste : " Le secours, une activité extrêmement gratifiante"
D'un simple coup d'œil, elle analyse la qualité de la neige et sait repérer le moindre danger sur la piste. Nathalie Tairraz, 40 ans, est pisteur-secouriste. Un travail pour lequel son expérience de 15 ans est précieuse.

- Patrick Benetto, maître-chien d'avalanche : "Tous les jours sur les pistes avant leur ouverture aux skieurs"
Avec Face, il forme une véritable équipe. A 46 ans, Patrick Benetto est maître-chien. En compagnie de son border collie, il intervient sur les zones d'avalanche pour chercher et porter secours à de potentielles victimes.

À consulter aussi

Les études
- L'Ecole nationale des sports de montagne
Devenir nivoculteur
Les formations de moniteur de ski
Les formations pour travailler dans le sport
Le sport en alternance
Les formations des métiers de la montagne
Se former comme pisteur-secouriste
Devenir maître chien d'avalanche

Les métiers
Les métiers de l'environnement
Le métier de maître-chien
Le métier de conducteur d'engins

Sommaire du dossier
L'Alpe d'Huez : dans les coulisses de la glisse Maud Baiocco, monitrice de ski : "Le niveau technique exigé est très élevé" Julien Bastard-Rosset, dameur : "Au-delà de 2.500 mètres, aucune nuit ne se ressemble" Yann Carrel, directeur technique et d’exploitation des remontées mécaniques : "Le challenge : dompter les contraintes météo" Florian Mugnier, nivoculteur : "Des normes environnementales très strictes" Nathalie Tairraz, pisteur-secouriste : "Le secours, une activité extrêmement gratifiante" Patrick Benetto, maître-chien d’avalanche : "Tous les jours sur les pistes avant leur ouverture aux skieurs"