Matthieu, éducateur de jeunes enfants : “Je suis aussi capable qu’une femme de m’occuper d’enfants”

Par Maria Poblete, publié le 07 Mars 2016
2 min

Mathieu, 24 ans, est éducateur de jeunes enfants dans une crèche parisienne.

Matthieu est conscient d'être un peu un extraterrestre. À 24 ans, il fait partie des 1 % d'hommes qui travaillent dans le secteur de la petite enfance. “Depuis la fin du collège, je circule dans des univers à majorité féminine, raconte-t-il. Je suis très à l'aise avec les filles !” Matthieu est issu d'une famille qui baigne dans le social : ses grands-parents sont famille d'accueil pour l'Aide sociale à l'enfance et ses tantes assistantes sociales. Personne dans son entourage n'a vu à redire à son orientation ni ne lui a mis de bâton dans les roues.

C'est lors de stages en cours de BEP (brevet d'études professionnelles) carrières sanitaires et sociales et de bac pro services à la personne qu'il découvre le monde merveilleux des tout-petits. C'est un problème d'être un garçon au milieu de filles ? Que nenni. Cela lui a même porté chance, assure Matthieu : “À l'école d'éducateurs, nous étions 3 garçons, et les enseignants nous chouchoutaient, nous poussaient à nous démarquer et à réussir. Ils ne voulaient pas qu'on abandonne !” Matthieu ne risque pas de renoncer : il se sent parfaitement à sa place.

Diplôme en poche, il postule à la crèche du parc de Passy, à Paris. Et la chance lui sourit : il est persuadé qu'être un garçon est un “plus”. “L'employeur remarque forcément un homme qui souhaite travailler avec des enfants en bas âge !” Ensuite ? Il faut tracer sa route, faire sa place et s'imposer. “Cela peut être compliqué parfois pour certains parents qui ne comprennent pas ce que fait un homme dans une crèche. Il y a toujours des préjugés, voire des fantasmes douteux, sur la pédophilie par exemple.” Ses réactions sont toujours mesurées et posées, comme lui, calme et patient. “J'explique avec mes mots que je suis un professionnel et, à ce titre, aussi capable qu'une femme de m'occuper d'enfants.”

Articles les plus lus

A la Une portraits métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !