1. Métiers
  2. Métiers - Portraits de pros
  3. Métiers de l’édition : ils gravitent autour de la planète manga
  4. Responsable de fabrication : Marine transforme le dessin en objet
Portrait

Responsable de fabrication : Marine transforme le dessin en objet

Envoyer cet article à un ami
Il aura fallu quatre ans de fac de droit à Marine Barreyre pour réaliser son erreur d’orientation et se diriger vers sa vrai passion : les livres. // © ki-oon
Il aura fallu quatre ans de fac de droit à Marine Barreyre pour réaliser son erreur d’orientation et se diriger vers sa vrai passion : les livres. // © ki-oon

Passionnée de littérature, Marine Barreyre, 37 ans, a fait un détour avant de travailler dans les métiers du livre. Après quatre ans de droit, elle est revenue vers le domaine qui lui plaisait vraiment : l’édition. Elle raconte comment elle y est parvenue.

Même si elle en rêvait, Marine ne s'imaginait pas travailler dans le milieu de l'édition une fois son bac littéraire en poche. "Une conseillère d'orientation m'avait fortement déconseillée d'essayer de travailler dans les métiers du livre, secteur avec très peu de débouchés", se remémore-t-elle. Inscrite en fac de droit, elle doit attendre quatre longues années avant de prendre conscience qu'une carrière juridique ne lui conviendrait pas. Profitant d'un redoublement, elle enchaîne les stages en bibliothèque, en librairie et en maison d'édition. "Il a été compliqué de convaincre ma fac de me donner des conventions de stage pour un secteur différent de celui que j'étudiais... Mais c'est finalement passé et j'ai pu tester les différentes branches des métiers du livre."

Décidée, Marine fait le choix d'abandonner le droit et postule dans un DUT (diplôme universitaire de technologie) information et communication, option métiers du livre. Acceptée à l'université d'Aix-en-Provence, elle prépare une licence éditions numériques et réalise un stage chez Delcourt, éditeur de bande dessinée dont elle est lectrice.

D'un éditeur à l'autre

Avant même la fin de son stage chez Delcourt, Marine postule chez Pika, un éditeur de manga. Celui-ci la recrute alors qu'elle n'a jamais lu un seul manga de sa vie. "J'ai vite été conseillée sur les titres à découvrir", se souvient-elle. Après avoir passé trois ans au poste d'assistante de fabrication, elle change d'employeur et devient responsable de fabrication aux éditions Tonkam, aussi présent dans le milieu du manga. La suite de son parcours l'emmène dans le Nord-Pas-de-Calais, chez Ankama, avant de revenir en région parisienne : "J'ai fait un bref passage dans un grand groupe de presse, mais j'avais moins de plaisir à travailler des contenus dont je n'étais pas lectrice. En répondant à une offre d'emploi chez Ki-oon, je me suis retrouvée à nouveau dans les mangas."

Le manga, un objet à fabriquer

Le travail de Marine consiste à veiller à la mise en œuvre de la fabrication du livre. À ce titre, elle est aussi responsable technique du fichier final imprimé. Son métier la pousse à fréquenter de nombreux partenaires professionnels et à réaliser des tâches très différentes. "Au quotidien, je dois trouver des fournisseurs pour chaque type de produit fabriqué, négocier les prix de fabrication, rédiger les bons de commandes, vérifier techniquement tous les fichiers à envoyer en impression puis m'assurer que le produit est bien fabriqué". Consciencieuse, elle n'hésite pas à se rendre directement dans les usines pour valider le dernier fichier avant l'impression.

Mais sa mission ne s'arrête pas là. Une fois le produit final imprimé, il reste à contrôler sa qualité ainsi que traiter les factures. L'administratif prend une grande part de son temps, mais Marine considère son métier comme valorisant. "J'aime le fait qu'à certains moments, je suis payée pour lire, explique-t-elle. De plus, le côté matériel, pouvoir toucher et avoir en main un objet résultant de ses efforts, est très agréable."

L'expérience, plus forte que les diplômes

Pour Marine, l'accès aux différents métiers de l'édition est compliqué. "Il faut privilégier des études correspondant au service dans lequel vous voulez travailler : des études techniques pour le service fabrication, des écoles de commerce pour le service commercial, des études de lettres pour le service éditorial...", préconise Marine. Le petit plus qui peut faire la différence ? "Multipliez les stages. L'édition est un secteur où l'expérience en entreprise a plus de valeur que les diplômes."

Ses mangas préférés

"Amer Béton" de Taiyo Matsumoto et "Barakamon" de Satsuki Yoshino

Pour aller plus loin : Romans, BD, mangas : 10 lectures d'été pour briller à la rentrée / Salon du Livre : la fabuleuse histoire d'étudiants en master devenus éditeurs / Trendy Manga : "Erased", le chef d'œuvre qui remonte le temps

Sommaire du dossier
Retour au dossier Directeur éditorial : à la recherche de votre prochain manga Dessinateur de manga : itinéraire de Shonen, mangaka autodidacte Assistante éditoriale : un pont entre le Japon et la France Responsable artistique chez Ki-oon : Mahé en met plein la vue Responsable de fabrication : Marine transforme le dessin en objet Responsable marketing et commercial : grâce à lui, les mangas touchent leur cible