1. Ma vie de prof : Cyril, 31 ans, enseignant en classe préparatoire ECS, au lycée Michelet, à Vanves (92)

Ma vie de prof : Cyril, 31 ans, enseignant en classe préparatoire ECS, au lycée Michelet, à Vanves (92)

Envoyer cet article à un ami
Cyril, professeur de mathématiques : “Il faut casser les préjugés sur les mathématiques.” // © William Beaucardet pour l'Étudiant
Cyril, professeur de mathématiques : “Il faut casser les préjugés sur les mathématiques.” // © William Beaucardet pour l'Étudiant

Avec une mère professeure des écoles, Cyril avait déjà un avant-goût de la vie d'enseignant. Mais c'est au cours de ses études en classe prépa que l'envie d'embrasser ce métier lui vient.

"J'ai toujours aimé travailler pour d'autres personnes, avec d'autres personnes, le collectif me va bien !" résume Cyril. Ayant eu une mère professeure des écoles, Cyril apprécie la liberté d'organisation que permet la vie d'enseignant.

"On est plus libres en journée, on peut plus facilement construire une famille." Son envie d'enseigner lui viendra véritablement au cours de ses études, alors qu'il est en classe prépa. "Je me souviens de 2 professeurs qui avaient un relationnel formidable avec nous !"

"Le collectif me va bien"

Après un bac S spécialité mathématiques, Cyril fait "comme [sa] sœur", il intègre une classe préparatoire PCSI (physique, chimie, sciences de l'ingénieur). Reçu au concours de l'ENS (école normale supérieure) de Cachan, il y passe son agrégation de maths (3 ans d'études) et poursuit en doctorat pendant 4 ans.

À l'issue de sa thèse, il est pris en "postdoc" à l'UPMC (université Pierre-et-Marie-Curie), pendant 1 an. "Comme je ne voulais plus ne faire que de la recherche, l'année suivante, j'ai postulé auprès de l'Inspection générale et j'ai obtenu mon poste actuel."

"Les techniques pédagogiques sont importantes"

Cyril est professeur titulaire dans une classe préparatoire depuis la rentrée 2014. "J'ai pu enseigner auparavant pendant que je préparais ma thèse. C'est là que j'ai beaucoup appris et que j'ai découvert à quel point les techniques pédagogiques sont importantes et que cela prend du temps."

Cyril évoque également les difficultés à faire accepter sa matière. "Je me suis rendu compte que, quelquefois, il faut vraiment casser les préjugés sur les mathématiques chez certains élèves, leur montrer à quoi ça leur servira plus tard, et ainsi les faire progresser !"

"Un paquet de copies, c'est environ 15 heures de travail !"

Cyril dispense 11 heures de cours de maths et 2 heures d'informatique par semaine à une quarantaine d'élèves en classe prépa ECS (économique et commerciale, filière scientifique). "C'est beaucoup de travail au quotidien, je n'ai jamais autant bossé de ma vie, mais je m'épanouis !" Les week-ends et les vacances, Cyril les consacre en majorité à préparer ses cours et à corriger les devoirs. "Un paquet de copies, c'est environ 15 heures de travail !"

fleche-rouge Le plus gratifiant dans ce métier : sortir les élèves de leurs difficultés, les voir prendre du plaisir à faire des maths.

fleche-rouge Et le plus difficile : "Je m'attache aux élèves, et c'est dur d'en voir certains qui bossent beaucoup sans progresser."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Ma vie de prof : Stéphane, 26 ans, enseignant d’histoire-géo dans un collège de Seine-Saint-Denis (93) Ma vie de prof : Xavier, 30 ans, enseignant d’italien à l’institut Saint-Joseph, au Havre (76) Ma vie de prof : Violaine, 26 ans, professeure des écoles remplaçante, à Paris Ma vie de prof : Ludivine, 30 ans, enseignante en école de management à Grenoble (38) Ma vie de prof : Cyril, 31 ans, enseignant en classe préparatoire ECS, au lycée Michelet, à Vanves (92) Ma vie de prof : Stéphanie, 29 ans, professeure d’éducation physique et sportive au lycée des métiers Jean-Caillaud, à Ruelle-sur-Touvre (16) Ma vie de prof : Ayman, 31 ans, enseignant-chercheur en mathématiques appliquées à l’UPMC (Université Pierre-et-Marie-Curie), à Paris