1. Ma vie de prof : Xavier, 30 ans, enseignant d’italien à l’institut Saint-Joseph, au Havre (76)

Ma vie de prof : Xavier, 30 ans, enseignant d’italien à l’institut Saint-Joseph, au Havre (76)

Envoyer cet article à un ami
Xavier, prof d'italien : “On n'est pas toujours en vacances !” // © Florence Brochoire/Signatures pour l'Etudiant
Xavier, prof d'italien : “On n'est pas toujours en vacances !” // © Florence Brochoire/Signatures pour l'Etudiant

Enseignant d'italien dans un établissement privé du Havre, Xavier a commencé sa carrière en tant que remplaçant à mi-temps alors qu'il était encore sur les bancs de la fac.

Parler en public n'a jamais posé de problème à Xavier, qui s'est vu enseignant assez tôt. "Les langues, en particulier l'italien, me plaisaient beaucoup, ça s'est confirmé à la fac."

"J'ai été embauché pour un contrat de 1 an"

C'est un coup de fil du proviseur de l'institut Saint-Joseph, établissement du Havre où il avait fait toute sa scolarité, qui l'a poussé vers l'enseignement plus vite qu'il n'aurait imaginé, alors qu'il était inscrit en italien à l'université de Caen (14). "Il cherchait un remplaçant à mi-temps, j'ai été embauché pour un contrat de 1 an !" Xavier accepte d'enchaîner les contrats d'une année à Saint-Joseph à condition de continuer en parallèle ses études à la fac : il va ainsi jusqu'au doctorat, puis passe le CAFEP-CAPES (certificat d'aptitude aux fonctions d'enseignement dans les établissements privés sous contrat). Il devient professeur titulaire en 2013.

"J'avais 21 ans et je n'osais pas entrer en salle des profs"

"Je ne m'étais pas préparé à enseigner aussi tôt, j'avais 21 ans et je n'osais pas entrer en salle des profs ! J'ai appris sur le tas", explique Xavier. Il se rend vite compte que la gestion de la classe compte autant que le contenu du cours. "J'étais assez stressé !" résume-t-il.

"Les vacances rythment l'année"

Xavier enseigne 18 heures par semaine à Saint-Joseph, de la quatrième à la terminale. "Je suis tous les jours au lycée, j'y passe du temps. Pendant mes heures creuses, je rencontre les élèves, je corrige les copies, je travaille à des projets avec mes collègues. Je n'ai pas de bureau, mais nous avons des salles de travail à notre disposition."

N'aimant pas travailler le soir, c'est surtout durant les vacances scolaires que Xavier prépare ses cours. "Les vacances rythment l'année, c'est aussi un moment où je me ressource." Il apprécie beaucoup l'orientation internationale de son établissement, qui valorise les langues et l'ouverture sur l'étranger.

fleche-rouge Le plus gratifiant dans ce métier : "Quand les anciens élèves se souviennent des voyages de classe qu'on a faits ensemble."

fleche-rouge Et le plus difficile : le regard sur les enseignants. "On doit expliquer que l'on n'est pas toujours en vacances, et que l'on fait ce métier par plaisir !"

Sommaire du dossier
Retour au dossier Ma vie de prof : Stéphane, 26 ans, enseignant d’histoire-géo dans un collège de Seine-Saint-Denis (93) Ma vie de prof : Xavier, 30 ans, enseignant d’italien à l’institut Saint-Joseph, au Havre (76) Ma vie de prof : Violaine, 26 ans, professeure des écoles remplaçante, à Paris Ma vie de prof : Ludivine, 30 ans, enseignante en école de management à Grenoble (38) Ma vie de prof : Cyril, 31 ans, enseignant en classe préparatoire ECS, au lycée Michelet, à Vanves (92) Ma vie de prof : Stéphanie, 29 ans, professeure d’éducation physique et sportive au lycée des métiers Jean-Caillaud, à Ruelle-sur-Touvre (16) Ma vie de prof : Ayman, 31 ans, enseignant-chercheur en mathématiques appliquées à l’UPMC (Université Pierre-et-Marie-Curie), à Paris