Michael, 27 ans coordinateur logistique à Première Urgence

Par Emmanuel Vaillant, publié le 01 Octobre 2013
3 min

Son métier c'est "log" ou "cordo". Autrement dit, quand il part en mission humanitaire, Michael doit faire en sorte que tout se passe bien, sans que ça se voie. "C'est une tâche à la fois technique et relationnelle", explique ce jeune expert en logistique, de retour de sa toute première mission.

Michael, 27 ans coordinateur logistique à Première UrgenceC'est un entretien avec une ONG qui a permis à Michael de mieux
comprendre les attentes des recruteurs
. // © Photo fournie par le témoin.

Son parcours

Titulaire d'un DUT (diplôme universitaire de technologie) génie civil, construction durable (GCCD) obtenu à Saint-Nazaire (44) après son bac S, Michael pensait faire carrière dans l'immobilier. Il poursuit donc en licence puis en master 1 en maintenance immobilière à l'université d'Angers (49).

"Ce qui m'intéressait, c'était la gestion technique des immeubles de bureaux ou d'habitations, avec un rôle de management d'équipes", précise le jeune homme, qui a poussé sa spécialisation avec un master 2 en alternance de Facility Management à l'université Paris-Est Marne-la-Vallée (77).

Une fois diplômé, en janvier 2010, il est embauché comme ingénieur-conseil dans une société de gestion de patrimoine immobilier. "Au départ, j'ai vraiment apprécié ce travail de terrain. Mais au bout d'un an, je ne m'y reconnaissais plus. Il était surtout question de rentabilité, de profit..."

En marge de son travail, Michael s'engage alors comme bénévole aux Restos du cœur. "Cette expérience m'a plu, notamment pour le contact avec les bénéficiaires. Cela m'a incité à chercher un métier qui utilise mes compétences techniques et dans lequel je me sente utile." Pendant six mois, le jeune ingénieur s'informe alors sur les débouchés dans l'humanitaire, rencontre des professionnels, prend conseil et envoie sa candidature à plusieurs ONG (organisations non gouvernementales). "Faute d'expérience, je n'ai eu que des retours négatifs, se souvient Michael. Mais ça m'a servi ! Par exemple, un entretien avec une ONG m'a permis de mieux comprendre les attentes des recruteurs."

C'est au moment où, après avoir donné sa démission, il se décide à se lancer dans une formation à Bioforce qu'une ONG lui donne l'occasion de faire sa première expérience : au Cameroun, avec l'association Première Urgence, en juillet 2012.

Son métier

La mission de Première Urgence est d'intervenir à l'est du Cameroun auprès de populations réfugiées, les éleveurs Mbororo, qui fuient la République centrafricaine voisine. "C'est de la posturgence. Cela consiste à intervenir auprès des populations en réalisant des forages d'eau, en installant des latrines, en menant des opérations de sensibili­sation sanitaire et des projets agricoles", précise Michael.

En tant que "log", il est là en support pour que les équipes travaillent dans les meilleures conditions. Il gère le parc des véhicules, s'occupe de l'intendance, par exemple des commandes et de l'acheminement de matériels et semences, et est responsable de la sécurité des équipes et de la base vie.

À consulter aussi

Côté études
5 écoles de commerce pour travailler dans l’humanitaire.
Toutes les formations pour travailler dans l'huminitaire.
Humanitaire et social : comment devenir bénévole pendant vos études.
L'annuaire des associations liées à l'humanitaire.

Côté métiers
Le métier de médecin sans frontières en vidéo.
Avis d'expert : "Débuter dans l'humanitaire exige d'être très vite opérationnel".
Les jobs dans le domaine humanitaire et associatif.
Le témoignage d'Alexandre, chef de mission humanitaire.
Quel avenir pour les métiers de l’humanitaire ?

Articles les plus lus

A la Une portraits métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !