1. Cédric, 27 ans, conseiller en gestion agricole : “60 % de mon temps derrière l'ordinateur, 40 % chez les exploitants”

Cédric, 27 ans, conseiller en gestion agricole : “60 % de mon temps derrière l'ordinateur, 40 % chez les exploitants”

Envoyer cet article à un ami

Envie de travailler au grand air, au contact de la nature et des animaux et d'avoir l'espoir de devenir rapidement votre propre patron ? L'agriculture propose aujourd'hui un large éventail de professions à même de répondre à vos aspirations, sous réserve d'être diplômé et motivé. Rencontre avec des jeunes pros qui ont choisi cette voie malgré les réticences de leurs parents et qui ne le regrettent pas.

Réussir à allier  goût pour les chiffres et vie au grand air : c'est le pari réussi par Cédric, devenu conseiller de gestion agricole dans un cabinet d’expertise comptable spécialisé dans les exploitations à Vire, dans le Calvados.
 
Son parcours
“Quand j’ai dit à mes parents que je voulais travailler dans l’agriculture, ils m’ont dit : ‘Négatif’. Ils voulaient aussi que je fasse le plus d’études possibles ; pas moi, j’avais plutôt envie de monter mon exploitation… Donc j’ai préparé un bac S, puis un BTSA ACSE (analyse et conduite de systèmes d'exploitation), avant d’intégrer une école d’ingénieurs en agronomie. Ce qui me permettait de concilier la volonté de mes parents et mon désir de travailler dans le milieu de l’agriculture.
 

Une fois que j'ai obtenu mon diplômé, j’ai travaillé sur une courte période à la Chambre d’agriculture de l’Eure, où je conseillais des agriculteurs en difficulté. Puis j’ai été recruté chez CER France, un cabinet d’expertise comptable spécialisé dans les exploitations agricoles, où j’avais fait mon stage d’ingénieur.
 
Son métier
Je m’occupe de la remise des résultats de gestion aux exploitants adhérents, j’ai aussi une petite activité juridique, je fais de la fiscalité pour optimiser les revenus des exploitants par de bons placements ou des investissements adaptés. Mais je n’oublie pas que je dois d’abord écouter, poser des questions, bien comprendre de quoi est faite leur activité pour les conseiller au mieux.

Je lis beaucoup pour me tenir au courant des évolutions du secteur, des nouveautés, de l’évolution des différents marchés… Pour cela, je vais très souvent sur le terrain pour les y rencontrer et surtout visiter leur exploitation : je passe 60 % de mon temps de travail derrière mon ordinateur, et les 40 % restants chez les exploitants que je suis. Je fais environ 15.000 kilomètres par an sur les routes de campagne”.
 
Ce qu’il aime
“Rencontrer des gens aux personnalités et aux expériences variées, travailler avec des chiffres, travailler en équipe avec mes collègues – nous sommes 25 dans ce cabinet. Mettre mes bottes pour aller faire une visite d’exploitation est aussi un grand plaisir, tout comme celui de voir se concrétiser un développement que j’avais proposé à un agriculteur”.
 
Cédric, conseiller de gestion agricole - 2012
 
Ce qu’il aime moins
“C’est parfois difficile de sortir indemne d’un rendez-vous avec un exploitant qui rencontre des difficultés : pour les aider il faut savoir prendre du recul, ce qui n’est pas toujours facile. Heureusement, les collègues sont là pour y aider.”
 
Son conseil
“C’est un travail qui comprend une dimension psychologique très importante. Il faut que le courant passe avec les agriculteurs pour bien les comprendre. Parfois il faut être proactif, c'est-à-dire être force de proposition auprès des agriculteurs, sans décider à leur place, et parfois réactif, mais toujours aux aguets pour ne pas les amener à se lancer tête baissée dans un nouveau projet.”
 
Propos recueillis par Sandrine Chesnel
Juin 201
2

Sommaire du dossier
Retour au dossier Guillaume, 26 ans, agriculteur : “Ce que j’aime dans mon métier ? La liberté !” Chloé, 25 ans, cavalière d’entraînement : “C’est un métier de passion, mais très physique” Cédric, 27 ans, conseiller en gestion agricole : “60 % de mon temps derrière l'ordinateur, 40 % chez les exploitants”