1. Angélique, commerciale en viticulture : "Je dois connaître les besoins des viticulteurs"

Angélique, commerciale en viticulture : "Je dois connaître les besoins des viticulteurs"

Envoyer cet article à un ami

Travailler sur un produit noble et dans un univers de passionnés : voilà ce qui vous attend si vous vous tournez vers les métiers du vin. Dans ce secteur, il y a bien sûr les producteurs et viticulteurs, mais de nombreuses opportunités sont aujourd'hui offertes sur des fonctions commerciales et de marketing. Des missions qui se professionnalisent depuis quelques années, avec des formations, elles aussi, de plus en plus pointues.

Piquets, bouteilles, bouchons, fils de fers, produits phytosanitaires… Tout ce dont a besoin un viticulteur de Champagne pour assurer sa production, Angélique le vend.

Commerciale depuis juillet 2011 chez Appro Champagne, Angélique Cazaux, 25 ans, sillonne la région pour rencontrer des viticulteurs, leur donne des conseils, présente les différents produits. Une partie de sa rémunération est d’ailleurs liée à ses performances : en plus de son salaire fixe de 1.500 € net, elle obtient des primes selon ses ventes.
 
Au contact des viticulteurs
"C’est un métier avec beaucoup de relationnel, où il faut connaître parfaitement le métier des viticulteurs, leurs problèmes et leurs besoins, par exemple sur les maladies de la vigne ou sur l’action des produits que nous leur vendons".
 

Et de ce côté-là, Angélique est une experte. Depuis qu’elle a 16 ans, elle s’est orientée dans la filière "vin". Une affaire de famille : son père est viticulteur dans le Médoc, près de Bordeaux.

Après une seconde générale, Angélique passe un BEP viticulture œnologie. "J’avais envie de faire des choses concrètes, l’école ce n’était pas trop mon truc". Elle continue ensuite en bac pro "viticulture œnologie" dans une MFR (maison familiale et rurale), le tout en contrat d’apprentissage. Pendant ces années lycée, elle travaille ainsi 2 ans dans un domaine bordelais, où elle réalise tout type de travaux : vendanges, mises en bouteilles, taille des vignes… et même conduite de tracteur !
 
Bac pro, BTS et master "vigne et vins"
Angélique s’inscrit ensuite en BTS viticulture-œnologie à Rouffach, en Alsace. Changement de décor… et de vin. "Je ne connaissais que le vin rouge, cela m’a permis de découvrir les blancs, le crémant. C’était très enrichissant".

Deux ans plus tard, direction l’université de Bourgogne, à Dijon, où elle intègre la licence 3 "sciences de la vigne" – une formation à dominante scientifique. Et c’est tout naturellement qu’elle termine par le master "sciences de la vigne et du vin", dispensé dans la même université.
 
"C’était une bonne formation. La première année était très axée sur la géologie, la biologie et la biochimie appliquée au vin. La deuxième année était plus professionnalisante. Nous avons rencontré des viticulteurs, des chercheurs de laboratoires sur le vin, des représentants des syndicats ou des chambres d’agriculture. Nous avons aussi fait plusieurs sorties sur le terrain."

A sa sortie du master, Angélique n’a pas eu de difficultés à trouver son premier poste. "J’ai envoyé des CV en août, et j’ai passé deux entretiens. Début octobre, j’avais signé !".

Jessica Gourdon

Juin 2012
Zoom sur les formations

Dominante gestion/commerce
- Master pro "commercialisation internationale des vins" à l’université d’Avignon
- Master pro "management commercial du vin et des spiritueux", à l’IAE de Bordeaux 4
- Master pro "commerce des vins", à Montpellier 1
- Mastère spécialisé "commerce international des vins", à l’ESC Dijon (enseignements à Paris ou à Dijon, possibilité alternance)
- Mastère spécialisé "management des vins et des spiritueux", BEM (en alternance)
- Bachelors et masters du Bordeaux International Wine Institute – Inseec

Dominante droit
- Master droit de la vigne et du vin, à Bordeaux 4
- Master "droit du vin et des spiritueux", à l’université de Reims

Dominante sciences, géologie
- La licence 3 "sciences de la vigne" à l’université de Bourgogne
- Master pro "vignes, vin, terroir" à l’université de Bourgogne
- La licence 3 biologie option "vin" à l’université de Reims
- Master "vins et champagne : agro-ressources et environnement"

Oenologie
Le diplôme national d’œnologie (DNO) est délivré par les universités de Dijon, Reims, Bordeaux 2, Toulouse 3, Montpellier Sup Agro. Entrée à bac+3, après une formation de type licence en sciences. Deux années d’études

A consulter aussi

- Les métiers de l'hôtellerie-restauration
- Les métiers du marketing-publicité
- Les métiers de l'agriculture
- Les métiers du droit
- Témoignage : Aurélien en BTS viticulture-oenologie
Sommaire du dossier
Retour au dossier Aurélie, caviste : "Je voulais dépoussiérer l’aspect vieillot du vin" Matthieu, chargé de communication pour une marque de Champagne : "Ce que j’aime, c’est la diversité de mes missions" Julien, juriste responsable de l’AOC du Cognac : "Je traque les contrefaçons" Angélique, commerciale en viticulture : "Je dois connaître les besoins des viticulteurs"