1. Métiers
  2. Métiers - Portraits de pros
  3. Comment je suis devenu...
  4. Audrey Tautou - Tout entière

Audrey Tautou - Tout entière

Envoyer cet article à un ami

À l’affiche du film de Claude Berri, « Ensemble, c’est tout »*, Audrey Tautou nous raconte cette fabuleuse aventure et nous confie son envie de faire un break.

Audrey TautouAudrey Tautou a récemment signé un CDI avec elle-même, comprenez un congé à durée indéterminée. Conscience professionnelle oblige, elle assure la promo du bouleversant Ensemble, c’est tout, signé Claude Berri. Mais son boulot s’arrête là. Pour l’instant, la piquante brunette ne trimballe plus son élégante et frêle silhouette sur les plateaux de cinéma. Non pas qu’elle soit lasse, mais elle veut éviter que l’usure la gagne.

« J’ai besoin d’avoir deux vies »

« J’appartiens à cette catégorie d’acteurs qui vit chaque film comme une expérience merveilleuse, au point d’avoir l’impression de ne plus jamais pouvoir retrouver cette même intensité lors du prochain tournage. » Pause sourire. Et quand Audrey sourit, ses pommettes deviennent saillantes, une fossette se dessine sur chacune de ses joues et ses jolis yeux s’arrondissent en vous scrutant généreusement. Impossible de ne pas fondre... Elle poursuit : « Malgré mon expérience, malgré mes repères, j’essaye toujours d’arriver sur un plateau avec une sorte d’enthousiasme virginal. Comme si c’était mon tout premier rôle. Pour m’approcher de cette sensation, je ne peux pas enchaîner les aventures. J’ai besoin d’avoir deux vies, qui ne se mélangent pas forcément : l’une devant les projecteurs, l’autre sans caméra. » C’est donc à sa seconde vie qu’Audrey se consacre actuellement. Jouissant de son temps libre, elle tente d’apprendre le piano. Elle voyage, aussi, à l’autre bout du globe. Non pas dans les palaces, mais façon roots, le Lonely Planet en poche et sans savoir où elle ira flâner le lendemain.

Un joli rôle qu’elle affectionne

Durant ses pauses, elle dévore également des romans. Ensemble c’est tout, le best-seller d’Anna Gavalda, l’a profondément marquée. Lors de sa lecture, voilà deux ans, elle craque en effet pour Camille, « cette fille quasi orpheline et qui travaille de nuit ». Elle s’identifie à elle, « parce que moi aussi j’ai vécu en colocation et que ma grand-mère s’appelle Paulette ». Bref, si le roman est porté à l’écran, elle adorerait l’incarner. Seulement voilà, Claude Berri, qui en achète les droits, et qui n’est pas devin, contacte Charlotte Gainsbourg. Ironie du sort : quelques jours avant le tournage, l’actrice de Prête-moi ta main fait une chute de snowboard. Le réalisateur propose alors le rôle à Audrey Tautou. Le temps presse, il faut se décider en moins d’une semaine. Après quelques hésitations, « je me sentais gênée vis-à-vis de Charlotte et je voulais déjà faire un break », elle finit par accepter. Tant mieux, car dans le film elle est fabuleuse. Avec ses énormes valoches sous les yeux et son teint de zombie, elle fait peur à voir. Exactement comme Anna Gavalda la décrivait dans son bouquin. Son colocataire, un cuisinier, un p’tit con tyrannique joué par Guillaume Canet, la vanne également sans cesse sur son corps menu et ses cannes maigrelettes. « Je ne suis pas anorexique, mais j’ai un appétit d’oisillon. Mon apparence m’a d’ailleurs beaucoup complexée étant adolescente, où j’avais tendance à mettre deux pantalons l’un sur l’autre. Heureusement, en mûrissant, j’ai appris à accepter mes défauts. » Sa silhouette fluette ne l’a toutefois pas empêchée d’exhaler la sensualité et de vamper des gogos fortunés dans Hors de prix, de Pierre Salvadori, ni de braver mille et un dangers aux côtés de Tom Hanks dans Da Vinci Code. Un blockbuster accueilli au bazooka par la presse, mais qui a explosé le box-office partout dans le monde et qui a ouvert de nouveaux horizons à notre éternelle Amélie Poulain. Les propositions se bousculent en effet en ce moment. « Sauf que, comment dire, j’ai pour l’instant du mal à m’y intéresser. J’attends de finir mon break. » Cependant, qu’on se rassure, Audrey nous promet que son envie reviendra, Tautou tard.

* Ensemble, c’est tout, de Claude Berri, sur les écrans le 21 mars.
Sommaire du dossier
Retour au dossier Sophie Marceau - Le goût des autres Alexandra Lamy - « Je voulais être gardienne de chèvres » Kamini - Le sex-symbol de Marly-Gomont Joss Stone - Authentique Manu Larcenet - « Pour combler ma solitude, je dessinais » Laurent Voulzy - En toute quiétude Judith Godrèche - Tout feu tout flamme Emmanuelle Seigner - Sur la bonne voix Catherine Frot - « Je voulais être inoubliable » Audrey Tautou - Tout entière Sanseverino - « Je me comportais comme un ado attardé » Damon Albarn and co… London calling Karin Viard - « A 20 ans, j’angoissais pour mon avenir » Marie Gillain - La douceur de vivre