1. Enseignant : les concours sont-ils difficiles ?

Enseignant : les concours sont-ils difficiles ?

Envoyer cet article à un ami

"J’ai eu le CAPES [certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré, NDLR] d’histoire la seconde fois, témoigne Boris Mazet, professeur d’histoire-géographie au collège Henri-Barbusse, à Bagneux (92). Mon année de préparation a été intense. C’est intellectuellement très prenant, vous apprenez beaucoup de choses. Nous avons constitué un groupe de travail avec des amis et on allait à la bibliothèque universitaire, de 9 heures à 19 heures. Il faut de la rigueur, mais c’est dur !"

Arnaud Cordonnier, en physique, a un vécu tout à fait différent. "C’est une question d’état d’esprit. J’ai eu mon concours du 1er coup, mais je sais que d’autres l’ont passé 5 fois. Le concours comprend, en fait, beaucoup de disciplines et un peu de pédagogie, à l’inverse du métier…"

La réforme de la formation des enseignants pourrait changer la donne, avec des épreuves plus professionnalisantes, mais pas encore connues à ce jour. En outre, la difficulté dépend aussi des matières et du nombre de places ouvertes en fonction des années. En 2012, 706 postes n’ont pas été pourvus, faute de candidats. Les matières les plus concernées sont les mathématiques, l’anglais, l’allemand, les lettres modernes, ainsi que l’éducation musicale.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Enseignant : les débuts sont-ils difficiles ? Enseignant : est-on bien payé ? Enseignant : combien d’heures par semaine fait-on réellement ? Les profs sont-ils souvent en vacances ? Enseignant : est-ce un métier dangereux ? Enseignant : peut-on être muté partout en France ? Enseignant : les concours sont-ils difficiles ? Enseignant : doit-on suivre des études longues à l’université ? Reste-t-on professeur toute sa vie ? Faut-il avoir la vocation enfant pour enseigner ? Enseignant : doit-on rester neutre, cacher ses émotions ? Être prof, ça le fait en soirée ?