1. Travailler à bord d'un sous-marin : c'est bientôt possible pour les femmes

Travailler à bord d'un sous-marin : c'est bientôt possible pour les femmes

Envoyer cet article à un ami

C'est une révolution dans la Marine nationale ! Les sous-marins nucléaires, qui accueillaient jusqu'à prèsent des équipes exlusivement masculines, vont bientôt ouvrir leur portes aux femmes. Trois volontaires démarreront leur formation en 2015 pour partir en patrouille dès 2017. Avis aux candidates.

Un des derniers bastions est tombé ce mardi 15 avril 2014. Le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian, a annoncé que les sous-marins chargés de la dissuasion nucléaire allaient accueillir des femmes dans leurs équipages. Les trois premières sous-marinières entreront en formation en 2015 pour partir en patrouille en 2017.

Le Téméraire © Marine nationale

Jusqu'à ce jour, plusieurs arguments s'opposaient à leur intégration. Les risques médicaux en cas de grossesse, leur départ de la Marine, en moyenne plus précoce que celui les hommes, qui ne permet pas de rentabiliser l’investissement de leur formation, et la promiscuité avec les hommes de l’équipage durant les missions de deux mois et demi, sans escale. Mais après l'intégration en 2012 des premières femmes dans les sous-marins américains, il était logique que la question revienne tôt ou tard sur la table du chef d'État major français !

Du CAP au bac +5 : des voies d'accès à tous les niveaux


La Marine nationale veut recruter et former, chaque année, 3.000 marins âgés de 16 à 29 ans. Le recrutement se répartit entre les matelots, qui constituent le gros des troupes, les officiers mariniers (équivalent des sous-officiers) et les officiers. L'École des matelots est ouverte à partir de la troisième, l'École de maistrance de bac à bac+2 et l'École navale après prépa MP, PC et PCI.

Il n'existe pas de filières spécifiques pour devenir sous-marinier, les métiers étant les mêmes que sur les bateaux de surface. La marche à suivre est d'entrer dans la Marine nationale et de se porter ensuite volontaire pour servir dans les forces sous-marines. Bon à savoir : la rémunération est attractive, avec une prime de 50% du salaire durant les missions. Qui plus est, les professionnels sont logés, nourris et blanchis.

La vraie vie à bord d'un sous-marin nucléaire
L'Etudiant a embarqué à bord du "Téméraire", l'un des sous-marins français chargés de la dissuasion nucléaire, en avril 2012. Retour sur nos cinq jours avec l'équipage au départ de l'Île Longue (29), la plus secrète des bases de la Marine nationale, pour découvrir qui sont ces professionnels, leur parcours et ce qui vous attend si vous aspirez à les imiter. Lire notre dossier exclusif.