1. Julie Ferrez, coach sportive de VIP : "Il y a certains codes à respecter : pas de questions sur la vie privée des clients"
Reportage

Julie Ferrez, coach sportive de VIP : "Il y a certains codes à respecter : pas de questions sur la vie privée des clients"

Envoyer cet article à un ami

Se lever chaque matin et se préparer à côtoyer célébrités ou millionnaires. Voilà le point commun des professionnels rencontrés pour notre enquête. Ils sont coach, gouvernante, photographe, attachée de presse et ne changeraient de métier pour rien au monde. Pourtant, tous le reconnaissent, travailler aux côtés de people est loin d’être facile.

Du travail, de la persévérance et de belles coïncidences : voilà ce qui pourrait caractériser le parcours de Julie Ferrez, l’une des coachs sportives de VIP les plus médiatiques du moment. Celle qui a entraîné Nicolas Sarkozy travaille "de 12 à 14 h par jour". Elle revient sur le parcours qui l’a menée au métier qui la passionne depuis toujours.

A 28 ans, Julie Ferrez côtoie des milliardaires, des tops models, des princesses saoudiennes, des hommes politiques... Elle était notamment la coach sportive du président de la République. Elle en garde un bon souvenir "même s’il a fallu gérer toute la pression médiatique que cela a généré à l’époque". Et d’expliquer : "On m’a enfermée dans la catégorie des coachs bling-bling alors que j’exerce mon métier depuis plus de 8 ans et que cela m’a demandé beaucoup de travail".

Tombée dedans quand elle était petite

Julie Ferrez n’est en effet pas devenue coach sportive par hasard : "Je suis née avec des baskets au pied. Dès l’âge de 6 ans, je faisais 30 heures de sport par semaine, de la danse classique et de la gymnastique. Avec une maman danseuse classique et un papa qui travaillait dans le milieu du foot, le sport a donc toujours fait partie de ma vie", explique Julie Ferrez. Rien d’étonnant alors à son choix d’études : après son bac L, elle suit un DEUST métiers de la forme en alternance à l’UFR STAPS de Lyon. "Mon but était déjà de devenir coach sportive. C’était ma vocation".

Du Club Med Gym au Ritz

A l’issue de ses études, elle est embauchée comme professeur de fitness dans un Club Med Gym à Levallois-Perret. Devant sa motivation et son professionnalisme, son patron lui parle d’un un ami coach qui cherche à recruter un jeune professionnel, mais reste évasif quant à la mission précise. Il s’agit en fait de faire partie de l’équipe des professeurs de fitness de l’hôtel parisien Ritz. Julie est recrutée : elle entre ainsi dans la sphère très privée des VIP.

Bouche-à-oreille entre VIP

"J’ai très vite développé ma méthode de travail basée sur la posture. De plus en plus de clients de l’hôtel sont devenus des fidèles, à tel point que j’ai décidé de développer ma méthode à domicile", confie la jeune femme. Julie se fait rapidement un carnet d’adresses : "Cela va très vite dans ce petit milieu. Mes clients fidèles ont parlé de moi à leurs amis et ainsi de suite".

"C’était assez surréaliste d’aller à l’Elysée pour entraîner Nicolas Sarkozy"

C’est ainsi qu’elle a l’opportunité d’être la coach sportive de Nicolas Sarkozy : "J’en garde un bon souvenir. C’était assez surréaliste d’aller à l’Elysée pour entraîner le président de la République". Elle reste très discrète sur cette période, mais tient à préciser qu’elle exerçait simplement son métier : "Cela a été très violent. On m’a traitée d’opportuniste. On a dit plein de choses fausses sur ma famille. Tout cela m’a dépassé. J’ai donc arrêté de travailler avec le président, d’un commun accord avec lui".

Discrétion, humilité et persévérance

Hormis cet épisode épique, Julie s’épanouit pleinement dans son métier : "Je vis de la profession que j’ai choisie et en plus, je fais du bien aux gens. Pour autant, être coach sportif de VIP est un travail de longue haleine. Vous êtes dans la sphère très privée de ce petit monde. Il y a certains codes à respecter : vous ne posez pas de questions sur la vie privée de vos clients, vous restez humble et discret, et vous savez vous adapter à leurs humeurs. De plus, ce métier ne s’improvise pas. Aujourd’hui, tout le monde veut devenir coach sportif. Pour exercer cette profession, il faut avoir une grande connaissance du corps humain. Je travaille souvent en collaboration avec des ostéopathes, des cardiologues, des kinés... Les jeunes voient le côté paillettes du métier. Ils se trompent !"

Aujourd’hui, en plus de ses cours de coach à domicile, Julie a développé son programme sur Internet (www.julieferrez.com). Son site compte 1.400 membres. Parallèlement, elle anime une chronique un samedi sur deux dans l’émission "Télématin" sur France 2. Débordée ? "Mon métier, c’est ma passion. Je ne pourrais pas vivre sans cela". 
Sa vision du métier
Sa formation : bac L et DEUST métiers de la forme à l’UFR STAPS de Lyon.
Son conseil pour travailler avec des people : "Chacun doit rester à sa place. Il faut faire preuve d’humilité, de discrétion et de psychologie, car vous pouvez être très bon en sport et très mauvais communicant".
Son salaire : "Pour mes cours à domicile, je prends 150 € de l’heure. Je tiens à préciser que je ne pratiquais pas ces tarifs au début".
Son meilleur et son pire souvenir : "Travailler avec le président restera un très bon souvenir même si cela a été difficile de me défaire de cette étiquette de « coach du président »".

Sommaire du dossier
Retour au dossier Anne-Charlotte Gilard, attachée de presse cinéma : "Il ne faut pas chercher à copiner avec la star" Julie Ferrez, coach sportive de VIP : "Il y a certains codes à respecter : pas de questions sur la vie privée des clients" Sandra Fourqui, photographe de mode et people : "Claudia Schiffer m’a appris à être professionnelle" Aurore Violain, gouvernante générale : "Travailler dans un milieu aisé ne garantit pas de tomber sur des enfants bien élevés"