1. Capucine, brodeuse aux ateliers Lesage : “Avant les défilés, des nuits de travail”
Témoignage

Capucine, brodeuse aux ateliers Lesage : “Avant les défilés, des nuits de travail”

Envoyer cet article à un ami

Le travail est d'une extrême minutie. Paillette après paillette, perle après perle, les brodeuses des ateliers Lesage réalisent des pièces qui feront la magie des plus grands défilés de haute couture. Cette maison parisienne historique a été rachetée en 2005 par Chanel. Parmi les 60 salariés (quasi exclusivement des femmes), Capucine, 23 ans, travaille à l'atelier de fabrication depuis deux ans.

METIERS - ARTISANAT DU LUXE - Capucine - Brodeuse - Atelier Lesage 02Pour Capucine, qui travaille ici sur un sac Chanel présenté lors d'un prochain défilé, “voir son travail sur les magazines procure un immense plaisir”. © Céline Authemayou.

Comment elle travaille les matières

Devant son métier à broder de bois blanc, la jeune femme œuvre sur un sac pour Chanel présenté lors d'un prochain défilé. Chez Lesage, les commandes sont variées, des plus classiques aux plus originales : broderie sur un talon de chaussure, confection de faux sourcils... Sur un coin de table est même délicatement posé le body de la chanteuse Beyoncé, dessiné par le styliste à la mode Alexandre Vauthier.

"Nous nous plions aux attentes des clients, explique Capucine. Chanel bien sûr, mais aussi Dior, Dolce & Gabbana, Valentino... La fabrication d'une pièce nécessite plusieurs étapes." Tout d'abord, les échantillons sont soumis au client par le directeur artistique. Une fois validés, ils partent au bureau "dessin", où les artisans reproduisent sur le tissu les motifs à broder. Le dessin terminé, la pièce rejoint l'atelier de fabrication, où les broderies seront effectuées. "Nous utilisons des perles, des paillettes et du fil sur des matières pouvant aller du simple tissu au python en passant par le silicone", explique la jeune femme. Chaque pièce nécessite des heures de travail. "Pour une veste, nous avons déjà passé jusqu'à 500 heures..." se rappelle Capucine.

Ce qui lui plaît

"Je me souviens de la toute première pièce sur laquelle j'ai travaillé, lors de mon stage, raconte-t-elle encore. Il s'agissait d'une veste Chanel. Voir son travail sur les magazines ou sur Internet procure un immense plaisir, il faut l'avouer." Même sentiment chez ses collègues, dont certaines travaillent depuis plus de 30 ans chez Lesage. Évoluer dans ce milieu, certes exigeant, est source de fierté.

Son parcours

À l'université, alors qu'elle étudie les arts plastiques, Capucine s'imagine bien professeur. Puis, durant son année d'Erasmus à Liverpool, elle découvre l'univers du textile. Une sorte de révélation. "Je me suis rendu compte que depuis toujours, j'étais attirée par l'anoblissement des matières", se souvient la jeune femme.

Une fois sa licence en poche, elle opte pour un CAP (certificat d'aptitude professionnelle) arts de la broderie réalisé en un an et un BMA (brevet des métier d'art) broderie, en une année également. À la suite d'un stage réalisé chez Lesage, elle garde un bon contact avec la maison. En décembre 2010, cette dernière lui propose un poste en CDD (contrat à durée déterminée) puis un CDI (contrat à durée indéterminée).

METIERS - ARTISANAT DU LUXE - Capucine - Brodeuse - Atelier Lesage 01Être minutieux, une qualité indispensable alors que les perles et les paillettes sont cousues une par une sur le tissu.
© Céline Authemayou.

Ses conseils

"Le métier demande d'être très exigeant avec soi-même. Certaines pièces peuvent être retravaillées plusieurs fois si elles ne sont pas parfaites. Durant la formation, faites-vous remarquer durant vos stages. Rendez-vous disponible, coopérant, à l'écoute. Les places sont chères et lors d'une embauche, les liens établis durant le stage s'avèreront très importants."

Son salaire mensuel : 1.700 € brut

"Le salaire est meilleur les mois où nous réalisons des heures supplémentaires. Juste avant les défilés des collections, il nous arrive de réaliser 90 heures de travail dans la semaine, le week-end mais aussi la nuit. Autant dire qu'il faut être passionné pour tenir le rythme !"

À consulter aussi

Se former à l'artisanat du luxe
Les bacs pro en artisanat et métiers d'art.
Les CAP du secteur artisanat d'art.
Le CAP bijouterie-joaillerie selon Lucile.

Travailler dans le luxe
Les métiers de la création et les métiers d'art en fiches.
Quel avenir pour les métiers du luxe ?
Des exemples commentés de lettres de motivation pour postuler dans le luxe.
Julie, joaillier aux ateliers Boucheron : "J'ai choisi l'artisanat de luxe".
La vraie vie d'une VRP chez Yves Saint Laurent.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Capucine, brodeuse aux ateliers Lesage : “Avant les défilés, des nuits de travail” Émilie, maroquinière chez Serge Amoruso : “Le plaisir de travailler des matières rares” Cherita, fleuriste-plumassière aux ateliers Legeron : “Je suis fière de voir mes fleurs dans les grands défilés” Pierrick, sertisseur aux ateliers Jean Christophe : “Me faire plaisir et faire plaisir aux clients” Quelles formations pour travailler dans l'artisanat du luxe ?