Fiches métiers : Agriculture - Agroalimentaire

Vous êtes intéressé par le secteur de l’agriculture-agroalimentaire ? Travailler la terre, élever des animaux ou fabriquer des fromages vous tentent ? Pour cela, vous cherchez à mieux connaître les métiers du secteur de l’agriculture-agroalimentaire ? Découvrez-les à travers nos fiches. Elles détaillent, en plus des principales tâches quotidiennes et des qualités nécessaires pour les exercer, le niveau d’études requis, les formations pour y accéder et le salaire moyen des débutants. 

Métiers du secteur

Description

Que recouvre le secteur de l’agriculture-agroalimentaire ?

L'image peu glamour qui colle à la peau du secteur fait souvent oublier que les perspectives d’emploi en agriculture et dans l’agroalimentaire sont bonnes. On parle aujourd’hui d’agriculture 4.0 et les GPS sur les tracteurs afin de semer en ligne bien droites, la surveillance des champs grâce aux drones, ou les logiciels qui distribuent la juste dose d’engrais dans la terre sont une réalité. L’agriculteur d’hier n’est plus celui d’aujourd’hui. De nos jours les consommateurs exigent une plus grande traçabilité des produits, le développement des circuits courts et des produits bio, et l’ensemble de la filière a dû s’adapter pour répondre à ces nouveaux enjeux sociétaux.

Selon les derniers chiffres 2020 de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) il existe près de 130.000 entreprises agricoles dont une majorité de petites structures. Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, dans son panorama annuel du secteur agroalimentaire (2021) comptabilise près de 15.500 entreprises.

Lire aussi : Le top 100 des métiers qui recrutent : zoom sur les métiers de l’agriculture, de l’agroalimentaire et du bois

Quels sont les métiers du secteur de l’agriculture-agroalimentaire ?

De l’élevage à la commercialisation, en passant par la culture, les métiers de transformation de l’innovation alimentaire, de la qualité, il existe de nombreux métiers, plus ou moins connus dans le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Si le plus emblématique du secteur agricole est celui d’exploitant agricole, d’autres sont tout aussi passionnants comme apiculteur, œnologue, producteur de fromages, ou encore maraîcher, horticulteur, éleveur, technicien en aquaculture pour n’en citer que quelques-uns. Dans le secteur de l’agroalimentaire, qui transforme les matières premières agricoles en produits de consommation, on va rencontrer les métiers suivants : boulanger/pâtissier, responsable de fabrication, conducteur de ligne de fabrication ou de conditionnement, opérateur de transformation des viandes, chargé d’études marketing, conseiller agricole, chargé de packaging, vendeur, contrôleur/responsable qualité, responsable QHSSE*, contrôleur sanitaire, responsable R&D, spécialiste nutrition/diététique, formulateur de produits alimentaires…

À ces professions s’ajoutent dans des fonctions transversales les métiers support et de la logistique.

*QHSSE : Qualité, hygiène, sécurité, sûreté, environnement.

Quels sont les salaires dans les métiers de l’agriculture-agroalimentaire ?

Dans le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire, les salaires avoisinent souvent le Smic* ou un peu plus (1.603,12 € brut/mois en 2022) pour les salariés. La rémunération des exploitants dépend, quant à elle, de l’activité choisie (type de culture ou d’élevage) et de la taille de l’exploitation.

Lire aussi : Comment devenir ingénieur agronome ?

Quelles études pour travailler le secteur de l’agriculture-agroalimentaire ?

Tous ces métiers exigent de se former. Il existe une palette de diplômes spécifiques, du CAP agricole au diplôme d’ingénieur. Certaines activités, comme la viticulture ou encore l’agroéquipement connaissent un déficit de main-d’œuvre qualifiée. Du côté de l’agroalimentaire, les postes à pourvoir concernent le commerce-marketing et la production.

De nombreux métiers du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire sont accessibles avec un CAP agricole ou un BPA (de même niveau). Les BPA les plus adaptés sont les suivants : travaux de la production animale ; travaux de la vigne et du vin ; travaux des productions agricoles ; travaux des productions horticoles… Quant aux CAPA, on peut citer les spécialisations agriculture des régions chaudes ; métiers de l’agriculture ; crémier-fromager ; maintenance de matériels, option matériels agricoles….

Le bac professionnel et le BP (de niveau bac) sont nécessaires pour s’installer en tant que chef d’exploitation. Citons les diplômes-phares du secteur : bacs professionnels conduite et gestion de l’entreprise agricole ; conduite de productions horticoles ; agroéquipement ; bio-industrie de transformation ; conduite et gestion de l’entreprise vitivinicole ; cultures marines ; maintenance des matériels, option matériels agricoles… On peut également mentionner les BP suivants : responsable d’entreprise agricole ; responsable de productions légumières, fruitières, florales et de pépinières.

À bac+2, les BTSA fournissent des compétences plus pointues pour la gestion d’une exploitation. Les plus préparés sont les BTSA ACSEA (analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole), aquaculture, génie des équipements agricoles, production horticole[u1] [AC2] , productions animales, sciences et technologies des aliments, technico-commercial, viticulture-œnologie… De nombreux titulaires de BTSA poursuivent en licence professionnelle, par exemple : mention gestion des organisations agricoles et agroalimentaires ; productions animales ; productions végétales ; technico-commercial…

À bac+5, de nombreuses écoles d’ingénieurs délivrent des spécialisations en viticulture-œnologie (Montpellier SupAgro, Bordeaux Sciences Agro, École supérieure d'agricultures d'Angers…). L’ENSAIA (École nationale supérieure en agronomie et industries alimentaires) propose une spécialisation en industries alimentaires ou en agronomie. Citons également AgroParisTech et son diplôme d’école qui fait la part belle à l’ingénierie des aliments ou à la production agricole et forestière ou encore UniLaSalle qui se positionne sur l’agronomie, l’agroalimentaire et l’alimentation/santé. L’université dispense également des masters mention nutrition et sciences des aliments qui peuvent être intéressants pour se spécialiser dans la recherche en poursuivant en doctorat.

Autres témoignages