Technicien aéronautique

Défense, sécurité, armée
Niveau d'études nécessaire
Bac
Salaire moyen
1 384 € nets (logé et nourri en régiment)
Sommaire du secteur

Description

Secteur Défense, sécurité
Niveau d’études minimal Bac
Alternance Non
Insertion professionnelle Bonne
Salaire débutant 1 384 € nets (logé et nourri en régiment)

Description

L’ALAT (Aviation légère de l’armée de Terre) dispose de plus de 300 hélicoptères de combat et de transport : Cougar, Gazelle Viviane, Caracal, Tigre ou même NH90 Caïman, des machines exceptionnelles que les mécaniciens du civil ne rencontrent jamais. En les entretenant, le technicien aéronautique joue un rôle clé dans la sécurité aérienne.

Le technicien aéronautique dirige une équipe de mécaniciens pour assurer la maintenance des hélicoptères. Mais les machines sont si complexes qu’une spécialisation est nécessaire. Il peut ainsi se spécialiser sur les moteurs, sur les structures des appareils ou sur l’avionique, c’est-à-dire les équipements électroniques et informatiques à bord. Dans ce dernier cas, il intervient à chaque mission et il s’occupe aussi du ravitaillement en carburant.

Que ce soit en régiment, en mission ou en opération extérieure, le technicien aéronautique travaille principalement au sol sur les hélicoptères dont il assure la maintenance préventive (prévenir les pannes) ou curative (diagnostiquer et réparer les pannes).

Dispositifs électriques, armement, instruments de navigation et de communication : il connaît les appareils sous toutes les coutures, grâce à des formations régulières et aux échanges avec son équipe de mécanos. Parfois, il embarque dans le cockpit, à la place du mécanicien navigant, pour des vols techniques et des vérifications. Car pour comprendre ou anticiper une panne, rien de tel que d’échanger avec ceux qui pilotent les appareils et en connaissent les réactions en vol !

Sa formation

Diplôme du bac obligatoire. Après une formation initiale de 8 mois pour acquérir les bases du métier de soldat, il obtient le grade de sergent. Puis il suit la formation de 1er niveau « technicien de maintenance aéronautique » dispensée pendant 8 à 11 mois aux écoles militaires de Bourges et à la base aérienne 721 à Rochefort. Enfin, le technicien aéronautique suivra une formation spécifique par type d'hélicoptère à Bourges, Fassberg (Allemagne), Pau ou Phalsbourg.

Ses compétences

La mécanique est son fort ! Il a un grand sens des responsabilités lorsqu’il intervient sur des appareils complexes et coûteux et sait travailler de façon autonome. Souvent dans l’action, il apprécie de devoir gérer une équipe.

Et après ?

Il a la possibilité d’évoluer régulièrement avec une montée en grade en fonction des évaluations tout au long du parcours professionnel. Il peut également évoluer vers une autre spécialité de l'armée de Terre.

 

Autres témoignages